13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition30 juin : Brest. À Océanopolis, la famille manchot s’agrandi29 juin : Écloserie. Des pétoncles noirs à l’essai28 juin : Sein. Les grands dauphins comme dans un écrin21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours 9 juin : Manche : il n’y aura pas de moules de Barfleur cet été
Accueil > Actualités de la mer > Eaux douces et littorales. Toujours plus de qualité

Eaux douces et littorales. Toujours plus de qualité

Dernière mise à jour le samedi 4 juillet 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 03 Juillet 2015
Visualiser l’article original



Résultats plutôt corrects » : le bilan de la qualité des eaux douces et littorales du Finistère, présenté, ce jeudi, par le préfet, confirme une amélioration observée depuis le début des années 2000. Seul point noir : le nombre de zones de pêche à pied récréative de qualité médiocre.
1. Nitrates dans les eaux brutes. Les teneurs moyennes en nitrates dans les eaux superficielles continuent à baisser (- 2,3 mg/l en moyenne en 2014). La prise d’eau superficielle de l’Horn qui avait atteint 70 mg/l, a connu une réduction de 30 mg depuis 2000. Dans les eaux souterraines, la baisse est aussi continue (- 20,3 mg/l depuis 2000). Seuls deux secteurs, le Léon et le Cap-Sizun présentent des situations plus dégradées.
2. Nitrates dans l’eau distribuée. Pour la septième année consécutive, aucun abonné du Finistère n’a consommé une eau d’une teneur en nitrate supérieure à la limite de 50 mg/l. Un seul dépassement ponctuel a été enregistré à Coat-Méal, dans le Léon.
3. Protection des captages. 92 % des ressources en eaux souterraines et superficielles sont légalement protégées par des périmètres de protection. 4. Phytoplancton marin toxique.
Trois espèces sont concernées : dinophysis, alexandrium et pseudo-nitzchia. Leur détection a conduit des interdictions de ramassage et de vente de coquillages. En 2014, il y a eu 1.751 jours de fermeture totale ou partielle des zones conchylicoles (1.809 en 2013 et 1.519 en 2012).
La zone Glénan, fermée depuis octobre 2010, a été rouverte en décembre 2014. La rade de Brest est fermée depuis mars 2014 pour la coquille saint-jacques.
Pour les zones de pêche récréative, aucun des 14 points n’a une qualité satisfaisante. La consommation des coques est par exemple interdite sur les sites : port Locquirec ; Pempoul, à Saint-Pol-de-Léon ; Kernic, à Plouescat ; l’Anse de Goulven ; le Moulin Blanc, à Brest ; l’île Tristan, à Douarnenez ; la Mer Blanche, à Bénodet.

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP