16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi
Accueil > Actualités de la mer > Échalote. Les Hollandais sèment le trouble

Échalote. Les Hollandais sèment le trouble

Dernière mise à jour le samedi 9 avril 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 07 Mars 2016
Visualiser l’article original


Les producteurs bretons d’échalotes traditionnelles en ont gros sur la patate.
L’Europe refuse toujours de trancher dans le différend qui les oppose à leurs concurrents hollandais qui font passer leurs oignons pour des échalotes.
Les jours de l’échalote de tradition, « la vraie », issue d’un bulbe, récoltée à la main au goût inimitable apprécié des gourmets et des grands chefs, sont-ils comptés ?
C’est la crainte des 380 producteurs de Bretagne et d’Anjou qui assurent 80 % de la production européenne. Depuis des années, ils défendent leur produit, à coups de procédures, contre la concurrence de variétés de semis hollandaises cultivées industriellement donc moins chères à produire. Dernier épisode en date, ce feuilleton juridique interminable : l’OCVV, l’agence de l’Union européenne des variétés végétales, a proposé un nouveau cycle de deux ans de tests sur les variétés de semis contestées par les Français. L’agence se donne encore un délai avant de définir une limite claire et indiscutable de ce qui peut être ou non dénommé échalote.
« La politique de l’autruche »

« Face au lobbying et à l’intransigeance des Hollandais, c’est une manière de gagner du temps et de ne pas prendre position alors que tous les tests convergent vers le même constat : les variétés d’échalotes de semis hollandaises sont en fait des oignons. L’Europe ne pourra pas éternellement faire la politique de l’autruche », accuse Hubert Le Nan, producteur à Plouescat (29) et président de la section nationale Échalote.
.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP