27 avril : Toxines. Des interdictions de pêche en rade de Brest 26 avril : Une larve dévoreuse de plastique, nouvel espoir pour l’environnement 24 avril : Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation des déchets plastiques au nord de l’Europe19 avril : Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest15 avril : Côtes-d’Armor. Un homard bleu très rare pêché dans la baie de Saint-Brieuc 13 avril : Le grand débarquement des méduses a commencé7 avril : Étoiles de mer. Draguées pour protéger les moules 4 avril : 22 % de la flore bretonne a disparu, est menacée ou quasi-menacée31 mars : Un plan européen pour "sauver" les stocks de poissons en Méditerranée29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité
Accueil > Actualités de la mer > Échalote. Les Hollandais sèment le trouble

Échalote. Les Hollandais sèment le trouble

Dernière mise à jour le samedi 9 avril 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 07 Mars 2016
Visualiser l’article original


Les producteurs bretons d’échalotes traditionnelles en ont gros sur la patate.
L’Europe refuse toujours de trancher dans le différend qui les oppose à leurs concurrents hollandais qui font passer leurs oignons pour des échalotes.
Les jours de l’échalote de tradition, « la vraie », issue d’un bulbe, récoltée à la main au goût inimitable apprécié des gourmets et des grands chefs, sont-ils comptés ?
C’est la crainte des 380 producteurs de Bretagne et d’Anjou qui assurent 80 % de la production européenne. Depuis des années, ils défendent leur produit, à coups de procédures, contre la concurrence de variétés de semis hollandaises cultivées industriellement donc moins chères à produire. Dernier épisode en date, ce feuilleton juridique interminable : l’OCVV, l’agence de l’Union européenne des variétés végétales, a proposé un nouveau cycle de deux ans de tests sur les variétés de semis contestées par les Français. L’agence se donne encore un délai avant de définir une limite claire et indiscutable de ce qui peut être ou non dénommé échalote.
« La politique de l’autruche »

« Face au lobbying et à l’intransigeance des Hollandais, c’est une manière de gagner du temps et de ne pas prendre position alors que tous les tests convergent vers le même constat : les variétés d’échalotes de semis hollandaises sont en fait des oignons. L’Europe ne pourra pas éternellement faire la politique de l’autruche », accuse Hubert Le Nan, producteur à Plouescat (29) et président de la section nationale Échalote.
.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP