23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Economie Entreprise Agroalimentaire Bourse Emploi (...)

Economie Entreprise Agroalimentaire Bourse Emploi Formation Produits de la mer. Le simple, le bon et le sain

Dernière mise à jour le samedi 17 mai 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 09 Mai 2014
Visualiser l’article original



En matière de produits de la mer, « plats en kit » et « prêt-à-croquer » ont le vent en poupe. Le consommateur veut de la simplicité, du bon et du sain. Les entreprises emboîtent le pas à ces tendances en rivalisant d’ingéniosité dans les process de fabrication et d’emballage.
Les plats préparés et le surimi, c’est fini. En matière de poissons et de coquillages, « les consommateurs ont changé », confirme Cédric Breton, directeur d’ID Mer, l’Institut technique de développement des produits de la mer basé à Lorient. « Le snacking - restauration rapide et nomade - a supplanté les plats préparés. » Ce qui séduit avant tout, « c’est la facilité de mise en oeuvre ».

Plats en kit et prêt-à-croquer

Le filet de poisson d’un côté, la petite sauce et l’accompagnement de l’autre, le tout dans le même packaging, « ce type de produits plaît de plus en plus ». D’autant qu’avec ce « prêt-à-manger », le consommateur garde le plaisir de cuisiner les produits ensemble sans s’enquiquiner avec la préparation, la cuisson... Une tendance largement confirmée par les étals des exposants du dernier SeafoodExpo, salon international des produits de la mer qui vient de s’achever à Bruxelles. Pas un pays - 76 étaient représentés via 1.700 entreprises - qui ne propose « plats en kit » et « prêt-à-croquer ».

Des procédés innovants

Cette évolution des consommations est également marquée par la recherche du bon, du traditionnel et du sain... « Le clean label, c’est l’autre tendance émergente », souligne Cédric Breton. « On revient à des extraits naturels en lieu et place des additifs. Ce qui compte, c’est la qualité nutritionnelle propre de la matière première ». C’est donc dans les process de conditionnement que se font les plus grandes innovations. Haute pression, emballage sous vide... Autant de techniques qui permettent à un filet de merlu frais ou un bulot cuit de conserver toutes ses vertus gustatives et nutritionnelles. Tout en repoussant la date limite de consommation.

Fraîcheur et design

Le produit français qui a remporté le Seafood Prix d’Elite 2014 illustre ces nouvelles tendances. Le coffret de fruits de mer de l’entreprise normande Kermarée - quatre variétés de mollusques frais, cuits préalablement et emballés dans des barquettes individuelles - a séduit le jury aussi bien pour la fraîcheur des produits que pour le design de l’emballage. Ce même coffret a également remporté le prix spécial pour la santé et la nutrition : les coquillages sont source de protéines maigres et d’oligo-éléments.

La nutraceutique un marché de niche

Pourtant s’ils sont attentifs aux vertus nutritionnelles de leur alimentation et à leur bien-être, les Français n’ont pas encore sauté le pas de la nutraceutique - compléments alimentaires. « À la différence des USA, de l’Asie et, depuis peu, de la Russie », explique Cédric Breton. « Ça fonctionne donc très bien à l’export mais ça reste un marché de niche en France

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP