13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > Economie Entreprise Agroalimentaire Bourse Emploi (...)

Economie Entreprise Agroalimentaire Bourse Emploi Formation Produits de la mer. Le simple, le bon et le sain

Dernière mise à jour le samedi 17 mai 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 09 Mai 2014
Visualiser l’article original



En matière de produits de la mer, « plats en kit » et « prêt-à-croquer » ont le vent en poupe. Le consommateur veut de la simplicité, du bon et du sain. Les entreprises emboîtent le pas à ces tendances en rivalisant d’ingéniosité dans les process de fabrication et d’emballage.
Les plats préparés et le surimi, c’est fini. En matière de poissons et de coquillages, « les consommateurs ont changé », confirme Cédric Breton, directeur d’ID Mer, l’Institut technique de développement des produits de la mer basé à Lorient. « Le snacking - restauration rapide et nomade - a supplanté les plats préparés. » Ce qui séduit avant tout, « c’est la facilité de mise en oeuvre ».

Plats en kit et prêt-à-croquer

Le filet de poisson d’un côté, la petite sauce et l’accompagnement de l’autre, le tout dans le même packaging, « ce type de produits plaît de plus en plus ». D’autant qu’avec ce « prêt-à-manger », le consommateur garde le plaisir de cuisiner les produits ensemble sans s’enquiquiner avec la préparation, la cuisson... Une tendance largement confirmée par les étals des exposants du dernier SeafoodExpo, salon international des produits de la mer qui vient de s’achever à Bruxelles. Pas un pays - 76 étaient représentés via 1.700 entreprises - qui ne propose « plats en kit » et « prêt-à-croquer ».

Des procédés innovants

Cette évolution des consommations est également marquée par la recherche du bon, du traditionnel et du sain... « Le clean label, c’est l’autre tendance émergente », souligne Cédric Breton. « On revient à des extraits naturels en lieu et place des additifs. Ce qui compte, c’est la qualité nutritionnelle propre de la matière première ». C’est donc dans les process de conditionnement que se font les plus grandes innovations. Haute pression, emballage sous vide... Autant de techniques qui permettent à un filet de merlu frais ou un bulot cuit de conserver toutes ses vertus gustatives et nutritionnelles. Tout en repoussant la date limite de consommation.

Fraîcheur et design

Le produit français qui a remporté le Seafood Prix d’Elite 2014 illustre ces nouvelles tendances. Le coffret de fruits de mer de l’entreprise normande Kermarée - quatre variétés de mollusques frais, cuits préalablement et emballés dans des barquettes individuelles - a séduit le jury aussi bien pour la fraîcheur des produits que pour le design de l’emballage. Ce même coffret a également remporté le prix spécial pour la santé et la nutrition : les coquillages sont source de protéines maigres et d’oligo-éléments.

La nutraceutique un marché de niche

Pourtant s’ils sont attentifs aux vertus nutritionnelles de leur alimentation et à leur bien-être, les Français n’ont pas encore sauté le pas de la nutraceutique - compléments alimentaires. « À la différence des USA, de l’Asie et, depuis peu, de la Russie », explique Cédric Breton. « Ça fonctionne donc très bien à l’export mais ça reste un marché de niche en France

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP