20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Economie Entreprise Agroalimentaire Bourse Emploi (...)

Economie Entreprise Agroalimentaire Bourse Emploi Formation Produits de la mer. Le simple, le bon et le sain

Dernière mise à jour le samedi 17 mai 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 09 Mai 2014
Visualiser l’article original



En matière de produits de la mer, « plats en kit » et « prêt-à-croquer » ont le vent en poupe. Le consommateur veut de la simplicité, du bon et du sain. Les entreprises emboîtent le pas à ces tendances en rivalisant d’ingéniosité dans les process de fabrication et d’emballage.
Les plats préparés et le surimi, c’est fini. En matière de poissons et de coquillages, « les consommateurs ont changé », confirme Cédric Breton, directeur d’ID Mer, l’Institut technique de développement des produits de la mer basé à Lorient. « Le snacking - restauration rapide et nomade - a supplanté les plats préparés. » Ce qui séduit avant tout, « c’est la facilité de mise en oeuvre ».

Plats en kit et prêt-à-croquer

Le filet de poisson d’un côté, la petite sauce et l’accompagnement de l’autre, le tout dans le même packaging, « ce type de produits plaît de plus en plus ». D’autant qu’avec ce « prêt-à-manger », le consommateur garde le plaisir de cuisiner les produits ensemble sans s’enquiquiner avec la préparation, la cuisson... Une tendance largement confirmée par les étals des exposants du dernier SeafoodExpo, salon international des produits de la mer qui vient de s’achever à Bruxelles. Pas un pays - 76 étaient représentés via 1.700 entreprises - qui ne propose « plats en kit » et « prêt-à-croquer ».

Des procédés innovants

Cette évolution des consommations est également marquée par la recherche du bon, du traditionnel et du sain... « Le clean label, c’est l’autre tendance émergente », souligne Cédric Breton. « On revient à des extraits naturels en lieu et place des additifs. Ce qui compte, c’est la qualité nutritionnelle propre de la matière première ». C’est donc dans les process de conditionnement que se font les plus grandes innovations. Haute pression, emballage sous vide... Autant de techniques qui permettent à un filet de merlu frais ou un bulot cuit de conserver toutes ses vertus gustatives et nutritionnelles. Tout en repoussant la date limite de consommation.

Fraîcheur et design

Le produit français qui a remporté le Seafood Prix d’Elite 2014 illustre ces nouvelles tendances. Le coffret de fruits de mer de l’entreprise normande Kermarée - quatre variétés de mollusques frais, cuits préalablement et emballés dans des barquettes individuelles - a séduit le jury aussi bien pour la fraîcheur des produits que pour le design de l’emballage. Ce même coffret a également remporté le prix spécial pour la santé et la nutrition : les coquillages sont source de protéines maigres et d’oligo-éléments.

La nutraceutique un marché de niche

Pourtant s’ils sont attentifs aux vertus nutritionnelles de leur alimentation et à leur bien-être, les Français n’ont pas encore sauté le pas de la nutraceutique - compléments alimentaires. « À la différence des USA, de l’Asie et, depuis peu, de la Russie », explique Cédric Breton. « Ça fonctionne donc très bien à l’export mais ça reste un marché de niche en France

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP