15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre
Accueil > Actualités de la mer > En 2013, les petits métiers pourraient avoir l’autorisation de pêcher le thon (...)

En 2013, les petits métiers pourraient avoir l’autorisation de pêcher le thon rouge

Dernière mise à jour le mardi 7 février 2012

Article paru sur le site "Midi Libre" - Mardi 31 Janvier 2012
Visualiser l’article original



En 2013, les petits métiers pourraient avoir l’autorisation de pêcher le thon rouge

Les pêcheurs exerçant le petit métier abordent l’année 2012 avec le sourire et croisent les doigts pour que 2013 soit pour eux encore plus ensoleillée ! La bonne nouvelle leur a été ramenée de Paris la semaine passée, par les représentants du syndicat des petits métiers de Méditerranée du Languedoc-Roussillon.

Jimmy Rodriguez, premier Prud’homme de Valras-Plage et secrétaire du syndicat régional des petits métiers, faisait partie du voyage à la capitale :

"Nous avons demandé pour le thon rouge un quota de 300 tonnes pour les 110 pêcheurs du syndicat, explique le Valrassien. Il nous a été répondu que ce n’était pas possible à mettre en place dès cette année, mais que cela devrait pouvoir se faire en 2013. Pour nous, c’est vraiment une excellente nouvelle car cela permettrait de combler les pertes dues à la fermeture de la pêche à l’anguille à certains moments de l’année et le fait que le poisson ait tendance à se raréfier en bordure des côtes, où nous pêchons à la différence des chalutiers."

Les pêcheurs se reposeraient sur un quota de 300 tonnes

Pour obtenir le précieux Sésame, les pêcheurs, qui ont demandé à ce que leur syndicat puisse gérer le quota en tant que groupement de navires, vont toutefois devoir se creuser la tête. Car il leur faut impérativement présenter un dossier de demande aussi carré que cohérent.

"Il va y avoir une autre commission qui se réunira à Paris au mois de juin pour reparler de tout cela, relève Jimmy Rodriguez. C’est à nous de remettre un dossier qui tienne parfaitement la route. En fait, ce que nous voulons, c’est gérer ce quota afin que certains ne fassent pas n’importe quoi, que ce soit en terme de prises ou au niveau de la vente qui devra aussi être très carrée."

En attendant, les petits métiers vont devoir continuer à se serrer la ceinture. Mais leur horizon proche a tendance à se dégager.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP