23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer
Accueil > Actualités de la mer > En Corse, les oursins sont menacés

En Corse, les oursins sont menacés

Dernière mise à jour le mercredi 11 avril 2012

Article paru sur le site "Zegreenweb.com" - Mercredi 04 Avril 2012
Visualiser l’article original



En Corse, les oursins sont menacés

par Laura Béheulière

Bien que les oursins se fassent de plus en plus rares dans le nord de la Corse, l’espèce est toujours servie dans les restaurants. En cause : le braconnage et la vente à la sauvette.

Les pêcheurs rentrent bredouilles au port de Macinaggio (Haute-Corse). Les oursins ont déserté. Pourtant, ils sont bien au menu de nombreux restaurants de l’île de Beauté. D’après le quotidien Corse Matin, qui met en avant cette situation paradoxale, « les fonds ont été “pillés” et l’espèce se fait désormais rare à la pointe de l’île ». « L’an passé, à la fermeture, c’était pourtant plein d’oursins. En moins d’un mois, il n’y a plus rien. C’est le désert », a relaté à nos confrères Bernard Quilici, le trésorier de l’association Mariadelorma, qui regroupe une centaine de pêcheurs plaisanciers dans le Cap Corse.

Les pêcheurs professionnels font le même constat, et si les oursins ont disparu, ce serait bien à cause d’une pêche intensive. « Lorsque nous démarchons dans les restaurants pour vendre notre pêche d’oursins, des amis ou des connaissances leur en ont déjà donné et ils ont déjà tout ce qui leur faut », a expliqué à Corse Matin José Mei, un pêcheur professionnel qui détient, comme d’autres marins du même secteur, une autorisation lui permettant de transporter des marchandises. Certains dénoncent même une vente à la sauvette effectuée dans des conditions d’hygiène très douteuses.

Une pêche réglementée, mais pas contrôlée

La pêche n’est pourtant autorisée que quatre mois dans l’année, à partir du 1er décembre. « La réglementation autorise la prise de 500 douzaines par semaine et par navire », précise Gérard Romiti, président du comité régional des pêches, cité par le quotidien corse. Pour les particuliers, la limite est fixée à trois douzaines par personne. Ces limitations sont toutefois mises à mal par un manque de contrôle évident. M. Romiti propose donc de dépêcher des brigades bleues pour lutter contre un braconnage auquel il semble régulièrement assister : « Il y en a pour qui les oursins peuvent être ouverts tout au long de l’année (sic). On en a vu en octobre improviser une oursinade (NDLR : une véritable tradition qui réunit les familles autour de la pêche d’oursins pour une dégustation les pieds dans l’eau) sur la plage de Sainte-Marie (Corse-du-Sud) et il est certain que si des plaisanciers ramassent deux cents douzaines sur un même point de pêche, il n’y en aura plus pour les trois années à venir. »

Alors que la saison s’est achevée le 31 mars dernier, espérons qu’il reste encore assez d’oursins pour repeupler les fonds marins avant la fin de l’année. Et que d’ici là, à défaut d’obtenir une véritable prise de conscience, des mesures supplémentaires seront prises pour leur protection.

Crédits photos : flickr - Kai Schreiber / Maureen



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP