15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous
Accueil > Actualités de la mer > En Corse, les oursins sont menacés

En Corse, les oursins sont menacés

Dernière mise à jour le mercredi 11 avril 2012

Article paru sur le site "Zegreenweb.com" - Mercredi 04 Avril 2012
Visualiser l’article original



En Corse, les oursins sont menacés

par Laura Béheulière

Bien que les oursins se fassent de plus en plus rares dans le nord de la Corse, l’espèce est toujours servie dans les restaurants. En cause : le braconnage et la vente à la sauvette.

Les pêcheurs rentrent bredouilles au port de Macinaggio (Haute-Corse). Les oursins ont déserté. Pourtant, ils sont bien au menu de nombreux restaurants de l’île de Beauté. D’après le quotidien Corse Matin, qui met en avant cette situation paradoxale, « les fonds ont été “pillés” et l’espèce se fait désormais rare à la pointe de l’île ». « L’an passé, à la fermeture, c’était pourtant plein d’oursins. En moins d’un mois, il n’y a plus rien. C’est le désert », a relaté à nos confrères Bernard Quilici, le trésorier de l’association Mariadelorma, qui regroupe une centaine de pêcheurs plaisanciers dans le Cap Corse.

Les pêcheurs professionnels font le même constat, et si les oursins ont disparu, ce serait bien à cause d’une pêche intensive. « Lorsque nous démarchons dans les restaurants pour vendre notre pêche d’oursins, des amis ou des connaissances leur en ont déjà donné et ils ont déjà tout ce qui leur faut », a expliqué à Corse Matin José Mei, un pêcheur professionnel qui détient, comme d’autres marins du même secteur, une autorisation lui permettant de transporter des marchandises. Certains dénoncent même une vente à la sauvette effectuée dans des conditions d’hygiène très douteuses.

Une pêche réglementée, mais pas contrôlée

La pêche n’est pourtant autorisée que quatre mois dans l’année, à partir du 1er décembre. « La réglementation autorise la prise de 500 douzaines par semaine et par navire », précise Gérard Romiti, président du comité régional des pêches, cité par le quotidien corse. Pour les particuliers, la limite est fixée à trois douzaines par personne. Ces limitations sont toutefois mises à mal par un manque de contrôle évident. M. Romiti propose donc de dépêcher des brigades bleues pour lutter contre un braconnage auquel il semble régulièrement assister : « Il y en a pour qui les oursins peuvent être ouverts tout au long de l’année (sic). On en a vu en octobre improviser une oursinade (NDLR : une véritable tradition qui réunit les familles autour de la pêche d’oursins pour une dégustation les pieds dans l’eau) sur la plage de Sainte-Marie (Corse-du-Sud) et il est certain que si des plaisanciers ramassent deux cents douzaines sur un même point de pêche, il n’y en aura plus pour les trois années à venir. »

Alors que la saison s’est achevée le 31 mars dernier, espérons qu’il reste encore assez d’oursins pour repeupler les fonds marins avant la fin de l’année. Et que d’ici là, à défaut d’obtenir une véritable prise de conscience, des mesures supplémentaires seront prises pour leur protection.

Crédits photos : flickr - Kai Schreiber / Maureen



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP