25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement
Accueil > Actualités de la mer > Energies Marines Renouvelables : les conditions de leurs développements

Energies Marines Renouvelables : les conditions de leurs développements

Dernière mise à jour le vendredi 10 mai 2013

Article paru
sur le site "Actu-environement" - 06 Mai 2013
Visualiser l’article original


L’une des conditions pour le développement des énergies marines renouvelables (EMR), selon un rapport du gouvernement ? Le déploiement de fermes pilotes qui donneront de la visibilité et un retour d’expérience avant un engagement à plus grande échelle. Le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) et le Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET) ont publié vendredi 3 mai le rapport de la mission d’étude sur les énergies marines renouvelables attendu depuis plusieurs semaines.

Si la France dispose de nombreux atouts pour l’émergence de ces filières, les différents acteurs doivent toutefois mieux organiser leur coopération.

Dans ce document, les auteurs dressent un panel des décisions à prendre et des obstacles à contourner. Ainsi pour réduire les coûts, ils préconisent de mutualiser les frais fixes, communs aux industriels, de raccordement électrique, d’études préalables et d’impact. Pour cela, ils conseillent d’initier - dès que possible - les appels à manifestation d’intérêt (AMI) de l’Ademe sur les fermes-pilotes. Selon eux, ces AMI devront successivement être dédiés à l’hydrolien (posé et flottant) en 2013, en 2014-2015 à l’éolien flottant et en 2015-2016 à l’houlomoteur.

Technologie la plus mature, l’hydrolien nécessite en effet désormais qu’une visibilité soit apportée aux acteurs par des fermes - pilotes et un calendrier de déploiement.

"En ce qui concerne l’évacuation de l’énergie du Nord-Cotentin et de la Bretagne, (Raz Blanchard et Raz Barfleur et passage du Fromveur), il apparaît essentiel d’anticiper les délais, en lançant dès que possible, avec RTE, les études et la concertation nécessaires", détaille le rapport. Moins avancé, l’éolien flottant ouvre toutefois un potentiel considérable notamment à l’export. Les zones d’intérêts pour l’houlomoteur recoupant ceux de l’éoliens flottant " il faudra donc réserver des zones à cette technologie, et disposer de sites d’essais pour les systèmes houlomoteurs onshore et nearshore ", note le rapport.

Le document, pour donner une visibilité à moyen terme, préconise que les modèles techniques utilisés dans les fermes-pilotes soient proches de ceux qui seront utilisés dans les fermes commerciales et situées au cœur de ces dernières. "Il faut impérativement éviter le "mitage" par un zonage approprié", prévient le rapport.

Quel tarif d’achat instaurer ?

Le soutien public semble indispensable pour accompagner les premiers pas de ces technologies. La difficulté reste la mise en place d’un tarif d’achat adapté aux EMR.

AMI de l’Ademe avec tarif d’achat, appel d’offres de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), appel d’offres unique sous la forme d’un accord-cadre avec les fermes pilotes en tranche ferme, et les fermes commerciales en tranches conditionnelles : différentes pistes ont été envisagées dans le rapport.

"Au stade actuel de la réflexion sur les choix possibles du soutien financier à la filière des énergies marines renouvelables, un panachage des différents instruments précités apparaît comme une des voies préférées pour favoriser l’essor de ces technologies émergentes, avance la mission. Selon elle, cette aide devra s’ajuster au coût global des projets même si dépasser 50% du financement semble difficile.

Comme les technologies des EMR se situent à des stades de développement précoces et inégaux, l’estimation de leurs coûts repose pour une grande part sur des évaluations théoriques.

Les industriels, interrogés lors de la réalisation du rapport, ont indiqué se servir aujourd’hui pour le calcul de ces dernières de la valeur du soutien apporté par les pouvoirs publics au Royaume-Uni en faveur des fermes- pilotes, soit un achat à environ 320 €/MWh de l’électricité produite par ces fermes, jusqu’en 2017 inclus.

"Suite aux déboires du photovoltaïque pour lequel un soutien public a contribué fortement au déficit de la balance commerciale, on n’envisage plus maintenant de soutien à une filière sans avoir examiné le retour industriel en termes d’emplois sur le territoire national", pointe le rapport.

Création d’un comité national d’orientation des énergies marines

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP