21 février : L’Hermione. Cap au sud pour un périple francophone 20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Énergies marines. Le Finistère à la pointe de la houle

Énergies marines. Le Finistère à la pointe de la houle

Dernière mise à jour le mardi 10 décembre 2013

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 10 Décembre 2013
Visualiser l’article original


D’ici quelques années, les ports bretons pourraient être autonomes en électricité, grâce aux vagues. Le projet Emacop étudie en tout cas l’installation d’engins houlomoteurs sur les digues bretonnes.

En matière d’énergies marines renouvelables, l’heure est à la combinaison de petites sources de production diversifiées. Une politique dans laquelle le projet national Emacop (Énergies marines, côtières et portuaires) s’inscrit depuis 2011.

Doté de 3 M€ sur quatre ans, Emacop a pour objectif d’équiper les infrastructures portuaires d’engins de production d’énergie renouvelable, capables d’en assurer l’alimentation.

Sept sites en Bretagne
Pendant un an, il s’est agi de repérer les sites intéressants. Et en la matière, la Bretagne a du potentiel : la moitié des douze sites retenus en France sont situés dans le Finistère.

Roscoff, Molène, Ouessant, Le Conquet, Esquibien, Saint-Guénolé et Lesconil ont « un potentiel intéressant, notamment pour les procédés houlomoteurs. Si on équipe complètement certains des sites retenus, on peut récupérer de 4 à 6 mégaWatt, l’équivalent de plusieurs éoliennes terrestres », explique Philippe Sergent, directeur scientifique du projet au Cetmef (Centre d’études techniques maritimes et fluviales).

Colonnes d’eau oscillantes et flotteurs
Particularité de cette énergie houlomotrice, « elle est marquée par des effets journaliers - entre marée haute et basse - et saisonniers - l’énergie moyenne récupérable en hiver est dix fois plus importante qu’en été ».

Il existe quatre techniques principales pour récupérer l’énergie de la houle : les colonnes d’eau oscillantes, les systèmes à franchissement, les batteurs inversés (à l’image du projet de ferme houlomotrice Waveroller mené par DCNS au large de Plozévet) et les flotteurs reliés à des bras articulés.

Deux ont principalement été retenues pour les essais bretons : la colonne d’eau oscillante - des caissons vides ouverts en bas où la pression de l’eau et de l’air varie, alimentant une turbine à air ; et les flotteurs, reliés à des bras articulés posés sur la digue, dont le mouvement est transformé en énergie. Reste à les adapter aux sites.

S’adapter aux sites
« Pour Ouessant, par exemple, où le brise-lames est en caissons Jarland, nous étudions la possibilité d’adapter la technologie des colonnes d’eau oscillantes à la structure de la digue : en installant des caissons vides à l’intérieur des caissons Jarland ».

À Saint-Guénolé, au Conquet et à Esquibien, l’option flotteurs a été retenue. Qu’il faudra cependant adapter en fonction de la structure de la digue. « En cas d’enrochement par exemple, il faut envisager la construction d’un ponton pour les bras articulés », explique Philippe Sergent.

Premiers prototypes en 2015

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP