13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Énergies marines. Le Finistère à la pointe de la houle

Énergies marines. Le Finistère à la pointe de la houle

Dernière mise à jour le mardi 10 décembre 2013

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 10 Décembre 2013
Visualiser l’article original


D’ici quelques années, les ports bretons pourraient être autonomes en électricité, grâce aux vagues. Le projet Emacop étudie en tout cas l’installation d’engins houlomoteurs sur les digues bretonnes.

En matière d’énergies marines renouvelables, l’heure est à la combinaison de petites sources de production diversifiées. Une politique dans laquelle le projet national Emacop (Énergies marines, côtières et portuaires) s’inscrit depuis 2011.

Doté de 3 M€ sur quatre ans, Emacop a pour objectif d’équiper les infrastructures portuaires d’engins de production d’énergie renouvelable, capables d’en assurer l’alimentation.

Sept sites en Bretagne
Pendant un an, il s’est agi de repérer les sites intéressants. Et en la matière, la Bretagne a du potentiel : la moitié des douze sites retenus en France sont situés dans le Finistère.

Roscoff, Molène, Ouessant, Le Conquet, Esquibien, Saint-Guénolé et Lesconil ont « un potentiel intéressant, notamment pour les procédés houlomoteurs. Si on équipe complètement certains des sites retenus, on peut récupérer de 4 à 6 mégaWatt, l’équivalent de plusieurs éoliennes terrestres », explique Philippe Sergent, directeur scientifique du projet au Cetmef (Centre d’études techniques maritimes et fluviales).

Colonnes d’eau oscillantes et flotteurs
Particularité de cette énergie houlomotrice, « elle est marquée par des effets journaliers - entre marée haute et basse - et saisonniers - l’énergie moyenne récupérable en hiver est dix fois plus importante qu’en été ».

Il existe quatre techniques principales pour récupérer l’énergie de la houle : les colonnes d’eau oscillantes, les systèmes à franchissement, les batteurs inversés (à l’image du projet de ferme houlomotrice Waveroller mené par DCNS au large de Plozévet) et les flotteurs reliés à des bras articulés.

Deux ont principalement été retenues pour les essais bretons : la colonne d’eau oscillante - des caissons vides ouverts en bas où la pression de l’eau et de l’air varie, alimentant une turbine à air ; et les flotteurs, reliés à des bras articulés posés sur la digue, dont le mouvement est transformé en énergie. Reste à les adapter aux sites.

S’adapter aux sites
« Pour Ouessant, par exemple, où le brise-lames est en caissons Jarland, nous étudions la possibilité d’adapter la technologie des colonnes d’eau oscillantes à la structure de la digue : en installant des caissons vides à l’intérieur des caissons Jarland ».

À Saint-Guénolé, au Conquet et à Esquibien, l’option flotteurs a été retenue. Qu’il faudra cependant adapter en fonction de la structure de la digue. « En cas d’enrochement par exemple, il faut envisager la construction d’un ponton pour les bras articulés », explique Philippe Sergent.

Premiers prototypes en 2015

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP