21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > Énergies marines. Le Finistère à la pointe de la houle

Énergies marines. Le Finistère à la pointe de la houle

Dernière mise à jour le mardi 10 décembre 2013

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 10 Décembre 2013
Visualiser l’article original


D’ici quelques années, les ports bretons pourraient être autonomes en électricité, grâce aux vagues. Le projet Emacop étudie en tout cas l’installation d’engins houlomoteurs sur les digues bretonnes.

En matière d’énergies marines renouvelables, l’heure est à la combinaison de petites sources de production diversifiées. Une politique dans laquelle le projet national Emacop (Énergies marines, côtières et portuaires) s’inscrit depuis 2011.

Doté de 3 M€ sur quatre ans, Emacop a pour objectif d’équiper les infrastructures portuaires d’engins de production d’énergie renouvelable, capables d’en assurer l’alimentation.

Sept sites en Bretagne
Pendant un an, il s’est agi de repérer les sites intéressants. Et en la matière, la Bretagne a du potentiel : la moitié des douze sites retenus en France sont situés dans le Finistère.

Roscoff, Molène, Ouessant, Le Conquet, Esquibien, Saint-Guénolé et Lesconil ont « un potentiel intéressant, notamment pour les procédés houlomoteurs. Si on équipe complètement certains des sites retenus, on peut récupérer de 4 à 6 mégaWatt, l’équivalent de plusieurs éoliennes terrestres », explique Philippe Sergent, directeur scientifique du projet au Cetmef (Centre d’études techniques maritimes et fluviales).

Colonnes d’eau oscillantes et flotteurs
Particularité de cette énergie houlomotrice, « elle est marquée par des effets journaliers - entre marée haute et basse - et saisonniers - l’énergie moyenne récupérable en hiver est dix fois plus importante qu’en été ».

Il existe quatre techniques principales pour récupérer l’énergie de la houle : les colonnes d’eau oscillantes, les systèmes à franchissement, les batteurs inversés (à l’image du projet de ferme houlomotrice Waveroller mené par DCNS au large de Plozévet) et les flotteurs reliés à des bras articulés.

Deux ont principalement été retenues pour les essais bretons : la colonne d’eau oscillante - des caissons vides ouverts en bas où la pression de l’eau et de l’air varie, alimentant une turbine à air ; et les flotteurs, reliés à des bras articulés posés sur la digue, dont le mouvement est transformé en énergie. Reste à les adapter aux sites.

S’adapter aux sites
« Pour Ouessant, par exemple, où le brise-lames est en caissons Jarland, nous étudions la possibilité d’adapter la technologie des colonnes d’eau oscillantes à la structure de la digue : en installant des caissons vides à l’intérieur des caissons Jarland ».

À Saint-Guénolé, au Conquet et à Esquibien, l’option flotteurs a été retenue. Qu’il faudra cependant adapter en fonction de la structure de la digue. « En cas d’enrochement par exemple, il faut envisager la construction d’un ponton pour les bras articulés », explique Philippe Sergent.

Premiers prototypes en 2015

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP