20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Éolien flottant. « Brest est le site idéal »

Éolien flottant. « Brest est le site idéal »

Dernière mise à jour le samedi 10 février 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 09 Janvier 2018
Visualiser l’article original


La jeune pousse brestoise Eolink vient de lever 1 M€ (*) pour mettre à l’eau, d’ici l’été, un démonstrateur à l’échelle 1/10e de son projet d’éolienne flottante. Un bébé de 22 m censé préfigurer de futures fermes, et surtout une réelle alternative aux centrales nucléaires.

Le premier prototype, l’an dernier, s’était contenté du bassin d’essai d’Ifremer. Normal, pour un démonstrateur bâti à l’échelle 1/50e. Cette fois, le bébé culminera à 22 m de hauteur et ne devrait pas passer inaperçu dans le site expérimental d’Ifremer, à Sainte-Anne-du-Portzic, où il devrait être installé pour l’été prochain.

L’enjeu est énorme pour la jeune pousse : soit ça passe, soit ça casse et... c’est fini. « Si notre proto passe l’hiver, cela voudra dire que nos calculs sont bons, et que notre éolienne sera capable de résister à des typhons », anticipe Marc Guyot, fondateur d’Eolink, sept salariés aujourd’hui. Lui reste prudent : « Les simulations numériques c’est bien mais, ici, on avance pas à pas, avec des essais concrets. On reste dans le réel ».

Cet ancien ingénieur motoriste chez Renault dénote dans le paysage des énergies marines renouvelables, et plus particulièrement des éoliennes flottantes. Face à des poids lourds tels Naval Group, il a choisi de renverser la table : oublié, le mât unique. Lui mise sur une structure pyramidale, avec quatre bras : fixée à un point d’amarrage, c’est l’ensemble de la structure qui s’oriente face au vent.

Avantages de cette technologie de rupture : pas de vibration du mât, moins de contraintes de structure et un coût de fabrication moindre. Pour illustrer le concept, l’ingénieur prend l’exemple du tabouret de bar : « Comparez un modèle à quatre pieds et un à axe central ; lequel est plus résistant et léger ? ».

La maquette testée à Ifremer a démontré que l’éolienne parvenait à rester face au vent, malgré la houle de travers, et ne chavirait pas face à l’équivalent de vagues de 24 mètres. Reste à le confirmer en conditions réelles, ce qui sera le premier enjeu des essais en pleine mer. « On va aussi s’intéresser aux efforts mécaniques dans la structure et au système de contrôle-commande », développe Marc Guyot.
Objectif : commercialisation en 2025

Le prototype (sept mètres de long, six de large, 22 de haut) devrait rester quinze mois en mer. Et préfigurer le résultat final : une éolienne flottante de 220 m de haut, 70 de long et 60 de large, capable de produire 12 Mégawatts. « L’idée est de tester un prototype proche de l’échelle 1 en 2020, pour lancer la commercialisation à l’horizon 2025 ».

La jeune pousse ne manque pas d’ambition : « Sortir une trentaine de machines par an à partir de 2025, depuis Brest, pour les installer en France et sur le littoral atlantique. On n’a pas vocation à remplacer les grands industriels, mais si notre concept est aussi bon qu’on le pense, on trouvera des partenariats industriels ici ou ailleurs ».
« Remplacer le nucléaire à l’horizon 2050 »
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/brest/eolien-flottant-brest-est-le-site-ideal-08-02-2018-11844228.php#tS80brmShTWxSZ3X.99

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP