20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Éolien flottant. « Brest est le site idéal »

Éolien flottant. « Brest est le site idéal »

Dernière mise à jour le samedi 10 février 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 09 Janvier 2018
Visualiser l’article original


La jeune pousse brestoise Eolink vient de lever 1 M€ (*) pour mettre à l’eau, d’ici l’été, un démonstrateur à l’échelle 1/10e de son projet d’éolienne flottante. Un bébé de 22 m censé préfigurer de futures fermes, et surtout une réelle alternative aux centrales nucléaires.

Le premier prototype, l’an dernier, s’était contenté du bassin d’essai d’Ifremer. Normal, pour un démonstrateur bâti à l’échelle 1/50e. Cette fois, le bébé culminera à 22 m de hauteur et ne devrait pas passer inaperçu dans le site expérimental d’Ifremer, à Sainte-Anne-du-Portzic, où il devrait être installé pour l’été prochain.

L’enjeu est énorme pour la jeune pousse : soit ça passe, soit ça casse et... c’est fini. « Si notre proto passe l’hiver, cela voudra dire que nos calculs sont bons, et que notre éolienne sera capable de résister à des typhons », anticipe Marc Guyot, fondateur d’Eolink, sept salariés aujourd’hui. Lui reste prudent : « Les simulations numériques c’est bien mais, ici, on avance pas à pas, avec des essais concrets. On reste dans le réel ».

Cet ancien ingénieur motoriste chez Renault dénote dans le paysage des énergies marines renouvelables, et plus particulièrement des éoliennes flottantes. Face à des poids lourds tels Naval Group, il a choisi de renverser la table : oublié, le mât unique. Lui mise sur une structure pyramidale, avec quatre bras : fixée à un point d’amarrage, c’est l’ensemble de la structure qui s’oriente face au vent.

Avantages de cette technologie de rupture : pas de vibration du mât, moins de contraintes de structure et un coût de fabrication moindre. Pour illustrer le concept, l’ingénieur prend l’exemple du tabouret de bar : « Comparez un modèle à quatre pieds et un à axe central ; lequel est plus résistant et léger ? ».

La maquette testée à Ifremer a démontré que l’éolienne parvenait à rester face au vent, malgré la houle de travers, et ne chavirait pas face à l’équivalent de vagues de 24 mètres. Reste à le confirmer en conditions réelles, ce qui sera le premier enjeu des essais en pleine mer. « On va aussi s’intéresser aux efforts mécaniques dans la structure et au système de contrôle-commande », développe Marc Guyot.
Objectif : commercialisation en 2025

Le prototype (sept mètres de long, six de large, 22 de haut) devrait rester quinze mois en mer. Et préfigurer le résultat final : une éolienne flottante de 220 m de haut, 70 de long et 60 de large, capable de produire 12 Mégawatts. « L’idée est de tester un prototype proche de l’échelle 1 en 2020, pour lancer la commercialisation à l’horizon 2025 ».

La jeune pousse ne manque pas d’ambition : « Sortir une trentaine de machines par an à partir de 2025, depuis Brest, pour les installer en France et sur le littoral atlantique. On n’a pas vocation à remplacer les grands industriels, mais si notre concept est aussi bon qu’on le pense, on trouvera des partenariats industriels ici ou ailleurs ».
« Remplacer le nucléaire à l’horizon 2050 »
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/brest/eolien-flottant-brest-est-le-site-ideal-08-02-2018-11844228.php#tS80brmShTWxSZ3X.99

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP