25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans
Accueil > Actualités de la mer > Eolien flottant : une solution à l’étude pour stocker l’électricité

Eolien flottant : une solution à l’étude pour stocker l’électricité

Dernière mise à jour le vendredi 28 juin 2013

Article paru
sur le site "paperblog" - Juin 2013
Visualiser l’article original


Le stockage de l’énergie éolienne est un enjeu majeur pour le développement de cette source d’électricité. Le célèbre Institut de Technologie du Massachusetts (le MIT, aux Etats-Unis) travaille actuellement sur un projet de stockage innovant à destination des éoliennes flottantes. Ce projet repose sur l’installation de sphères de béton gigantesques à plus de 700 mètres de profondeur en dessous de chaque éolienne flottante.

L’éolien flottant, qui est une filière encore peu développée, permettrait aux Etats-Unis de multiplier leur potentiel éolien par 3. Mais à l’instar d’autres énergies renouvelables, l’éolien flottant a un fonctionnement intermittent : la production d’électricité peut être supérieure à la demande ou inversement. Pour réguler ces fluctuations de production il est donc essentiel d’être capable de stocker l’électricité produite.
Fonctionnement

Les chercheurs du MIT ont trouvé une idée innovante pour résoudre le problème de stockage. Ce n’est encore qu’un projet de recherche mais cette solution consisterait à installer des sphères de béton remplies d’eau de mer en dessous des éoliennes flottantes. Ces sphères reposeraient sur le fond de la mer.

Elles ferraient 30 mètres de diamètre et leur poids se mesurerait en milliers de tonnes. De plus, la paroi de ces sphères serait épaisse de 3 mètres. La meilleure profondeur pour de telles sphères serait de 750 mètres selon les chercheurs du MIT.

Le fonctionnement de ces sphères repose sur un principe très simple : lors d’un pic de production, l’électricité excédentaire actionne une pompe qui vide l’eau de la sphère de béton.

Et lors d’une production insuffisante, l’eau de mer serait introduite dans la sphère, actionnant ainsi une turbine rattachée à un générateur pour produire de l’électricité.

Les chercheurs du MIT estime qu’une telle sphère de 30 mètres de diamètre pourrait stocker jusqu’à 6MWh d’électricité. Ils poussent leurs calculs plus loin et pensent que 1.000 éoliennes équipées d’une telle sphère de stockage pourraient remplacer une centrale nucléaire ou une centrale à charbon.
Avantages

Ce système dispose de plusieurs avantages.

Tout d’abord, l’énergie stockée serait disponible très rapidement. Ces sphères peuvent en effet être utilisées aussi vite qu’elles peuvent être mises hors service, contrairement aux centrales nucléaires.

Ces sphères qui seraient raccordées au réseau pourraient également emmagasiner l’électricité produite par des sources d’énergie renouvelables terrestres.

De plus ces sphères permettraient de renforcer l’ancrage des éoliennes flottantes.
Inconvénient

Ces sphères seraient construites à partir de ciment. Mais la production de ciment rejette énormément de dioxyde de carbone.

Pour limiter l’impact sur l’environnement de ces sphères, les chercheurs prévoient d’utiliser les déchets de combustion des centrales à charbon américaines pour la construction des sphères.
Un projet en phase de recherche et de tests

Pour installer de telles sphères, les chercheurs ont prévu l’utilisation d’une barge construite spécialement à cet effet.

Le coût d’une sphère est estimé à 12 millions de dollars par le MIT. Le coût du kilowattheure ainsi produit serait lui de 0.06 dollar.

Mais la mise en service de telles sphères ne se fera pas tout de suite. Le projet est encore en phase de tests.

En 2011, un prototype de 76 centimètres a démontré l’efficacité de cette solution de stockage. L’équipe de chercheurs espère étendre les tests à une sphère de 3 mètres de diamètre. Ils souhaiteraient ultérieurement réaliser des tests en mer avec une sphère de 10 mètres de diamètre, à condition de réunir les fonds suffisants.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP