18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Eolien flottant : une solution à l’étude pour stocker l’électricité

Eolien flottant : une solution à l’étude pour stocker l’électricité

Dernière mise à jour le vendredi 28 juin 2013

Article paru
sur le site "paperblog" - Juin 2013
Visualiser l’article original


Le stockage de l’énergie éolienne est un enjeu majeur pour le développement de cette source d’électricité. Le célèbre Institut de Technologie du Massachusetts (le MIT, aux Etats-Unis) travaille actuellement sur un projet de stockage innovant à destination des éoliennes flottantes. Ce projet repose sur l’installation de sphères de béton gigantesques à plus de 700 mètres de profondeur en dessous de chaque éolienne flottante.

L’éolien flottant, qui est une filière encore peu développée, permettrait aux Etats-Unis de multiplier leur potentiel éolien par 3. Mais à l’instar d’autres énergies renouvelables, l’éolien flottant a un fonctionnement intermittent : la production d’électricité peut être supérieure à la demande ou inversement. Pour réguler ces fluctuations de production il est donc essentiel d’être capable de stocker l’électricité produite.
Fonctionnement

Les chercheurs du MIT ont trouvé une idée innovante pour résoudre le problème de stockage. Ce n’est encore qu’un projet de recherche mais cette solution consisterait à installer des sphères de béton remplies d’eau de mer en dessous des éoliennes flottantes. Ces sphères reposeraient sur le fond de la mer.

Elles ferraient 30 mètres de diamètre et leur poids se mesurerait en milliers de tonnes. De plus, la paroi de ces sphères serait épaisse de 3 mètres. La meilleure profondeur pour de telles sphères serait de 750 mètres selon les chercheurs du MIT.

Le fonctionnement de ces sphères repose sur un principe très simple : lors d’un pic de production, l’électricité excédentaire actionne une pompe qui vide l’eau de la sphère de béton.

Et lors d’une production insuffisante, l’eau de mer serait introduite dans la sphère, actionnant ainsi une turbine rattachée à un générateur pour produire de l’électricité.

Les chercheurs du MIT estime qu’une telle sphère de 30 mètres de diamètre pourrait stocker jusqu’à 6MWh d’électricité. Ils poussent leurs calculs plus loin et pensent que 1.000 éoliennes équipées d’une telle sphère de stockage pourraient remplacer une centrale nucléaire ou une centrale à charbon.
Avantages

Ce système dispose de plusieurs avantages.

Tout d’abord, l’énergie stockée serait disponible très rapidement. Ces sphères peuvent en effet être utilisées aussi vite qu’elles peuvent être mises hors service, contrairement aux centrales nucléaires.

Ces sphères qui seraient raccordées au réseau pourraient également emmagasiner l’électricité produite par des sources d’énergie renouvelables terrestres.

De plus ces sphères permettraient de renforcer l’ancrage des éoliennes flottantes.
Inconvénient

Ces sphères seraient construites à partir de ciment. Mais la production de ciment rejette énormément de dioxyde de carbone.

Pour limiter l’impact sur l’environnement de ces sphères, les chercheurs prévoient d’utiliser les déchets de combustion des centrales à charbon américaines pour la construction des sphères.
Un projet en phase de recherche et de tests

Pour installer de telles sphères, les chercheurs ont prévu l’utilisation d’une barge construite spécialement à cet effet.

Le coût d’une sphère est estimé à 12 millions de dollars par le MIT. Le coût du kilowattheure ainsi produit serait lui de 0.06 dollar.

Mais la mise en service de telles sphères ne se fera pas tout de suite. Le projet est encore en phase de tests.

En 2011, un prototype de 76 centimètres a démontré l’efficacité de cette solution de stockage. L’équipe de chercheurs espère étendre les tests à une sphère de 3 mètres de diamètre. Ils souhaiteraient ultérieurement réaliser des tests en mer avec une sphère de 10 mètres de diamètre, à condition de réunir les fonds suffisants.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP