21 juillet : Les députés inscrivent la préservation des mers et des océans dans la Constitution19 juillet : Pêche : un premier navire immobilisé grâce aux nouvelles normes de travail18 juillet : Mer d’Arabie. Une inquiétante « zone morte » ne cesse de s’étendre 17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?
Accueil > Actualités de la mer > Eric Karsenti : « Il faut faire attention à la mer »

Eric Karsenti : « Il faut faire attention à la mer »

Dernière mise à jour le mercredi 4 avril 2012

Article paru sur le site "20 Minutes" - Lundi 02 Avril 2012
Visualiser l’article original



Eric Karsenti : « Il faut faire attention à la mer »

INTERVIEW - De retour de deux ans et demi d’aventure, le responsable scientifique de l’expédition Tara Océans aimerait que les océans soient mieux protégés...

Ca va leur faire drôle de ne plus être en mer. L’aventure Tara Océans s’est achevée ce week-end par une arrivée au son des binious dans le port de Lorient. A cette occasion, 20 Minutes a rencontré le scientifique Eric Karsenti, co-directeur de Tara Océans. Pour lui, le travail est loin d’être fini.

Quelle a été votre plus belle découverte durant cette expédition ?

Nous avons fait un échantillonnage systématique du plancton, donc le but n’était pas de faire une découverte spectaculaire en particulier. Les échantillons vont être analysés durant les prochaines années et c’est à l’issue de ces analyses que nous aurons la réponse à cette question !

Y a-t-il des moments où vous avez eu peur de ne pas arriver à mener à bien l’expédition ?

Oui : nous sommes partis en septembre 2009 et en juin on n’avait pas toujours pas le financement… C’est grâce à la région Bretagne qui a débloqué des fonds que nous avons pu continuer, mais à ce moment-là on s’est dit qu’on ne continuerait peut-être pas. Ensuite, encore pour des raisons financières, avant que le consortium de financement ne se créé, nous n’étions pas sûrs de pouvoir envoyer les échantillons aux laboratoires. Mais nous n’avons pas eu de problème technique ou scientifique, seulement quelques difficultés comme le groupe électrogène qui est tombé en panne.

Qu’avez-vous appris pendant ces deux ans et demi ?

Beaucoup de choses ! Sur le plan scientifique, je n’étais pas spécialiste de la biodiversité ni de la biologie marine. Je travaillais plutôt sur la biologie cellulaire. J’ai donc tout appris sur l’océanographie et le plancton avec les collègues et maintenant je comprends très bien ce monde extraordinaire. Dans un autre registre, j’ai aussi appris à travailler avec les journalistes, à parler aux enfants et à échanger avec la société civile sur les océans.

Qu’aimeriez-vous que le grand public retienne de Tara ?

Il est important que les gens se rendent compte de l’importance de ces organismes dans l’écologie globale de la planète. Si on les perturbe trop, cela peut changer le climat et avoir des conséquences sur l’humanité. Il faut faire attention à la mer. J’aimerais aussi faire passer un message d’optimisme : on peut faire des choses qui paraissent impossibles, si on y met l’énergie et le temps. Il ne faut pas baisser les bras.

Propos recueillis par Audrey Chauvet, à Lorient



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP