15 décembre : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendue14 décembre : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de bar13 décembre : Huîtres. Sous haute surveillance 12 décembre : Pêche électrique. Intermarché vent debout11 décembre : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel 10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !
Accueil > Actualités de la mer > Eric Karsenti : « Il faut faire attention à la mer »

Eric Karsenti : « Il faut faire attention à la mer »

Dernière mise à jour le mercredi 4 avril 2012

Article paru sur le site "20 Minutes" - Lundi 02 Avril 2012
Visualiser l’article original



Eric Karsenti : « Il faut faire attention à la mer »

INTERVIEW - De retour de deux ans et demi d’aventure, le responsable scientifique de l’expédition Tara Océans aimerait que les océans soient mieux protégés...

Ca va leur faire drôle de ne plus être en mer. L’aventure Tara Océans s’est achevée ce week-end par une arrivée au son des binious dans le port de Lorient. A cette occasion, 20 Minutes a rencontré le scientifique Eric Karsenti, co-directeur de Tara Océans. Pour lui, le travail est loin d’être fini.

Quelle a été votre plus belle découverte durant cette expédition ?

Nous avons fait un échantillonnage systématique du plancton, donc le but n’était pas de faire une découverte spectaculaire en particulier. Les échantillons vont être analysés durant les prochaines années et c’est à l’issue de ces analyses que nous aurons la réponse à cette question !

Y a-t-il des moments où vous avez eu peur de ne pas arriver à mener à bien l’expédition ?

Oui : nous sommes partis en septembre 2009 et en juin on n’avait pas toujours pas le financement… C’est grâce à la région Bretagne qui a débloqué des fonds que nous avons pu continuer, mais à ce moment-là on s’est dit qu’on ne continuerait peut-être pas. Ensuite, encore pour des raisons financières, avant que le consortium de financement ne se créé, nous n’étions pas sûrs de pouvoir envoyer les échantillons aux laboratoires. Mais nous n’avons pas eu de problème technique ou scientifique, seulement quelques difficultés comme le groupe électrogène qui est tombé en panne.

Qu’avez-vous appris pendant ces deux ans et demi ?

Beaucoup de choses ! Sur le plan scientifique, je n’étais pas spécialiste de la biodiversité ni de la biologie marine. Je travaillais plutôt sur la biologie cellulaire. J’ai donc tout appris sur l’océanographie et le plancton avec les collègues et maintenant je comprends très bien ce monde extraordinaire. Dans un autre registre, j’ai aussi appris à travailler avec les journalistes, à parler aux enfants et à échanger avec la société civile sur les océans.

Qu’aimeriez-vous que le grand public retienne de Tara ?

Il est important que les gens se rendent compte de l’importance de ces organismes dans l’écologie globale de la planète. Si on les perturbe trop, cela peut changer le climat et avoir des conséquences sur l’humanité. Il faut faire attention à la mer. J’aimerais aussi faire passer un message d’optimisme : on peut faire des choses qui paraissent impossibles, si on y met l’énergie et le temps. Il ne faut pas baisser les bras.

Propos recueillis par Audrey Chauvet, à Lorient



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP