19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Et si les poissons s’adaptaient au changement climatique ?

Et si les poissons s’adaptaient au changement climatique ?

Dernière mise à jour le mardi 3 juillet 2012

Article paru sur le site "Le Monde Planète" - 01 juillet 2012
Visualiser l’article original



Et si les poissons s’adaptaient au changement climatique ?

Les poissons pourraient s’adapter mieux que prévu à des températures et à une acidité plus élevées des océans, conséquences attendues du changement climatique, estime une étude publiée dimanche 1er juillet dans la revue Nature Climate Change.

Des études menées en Australie sur des poissons clown montrent que les juvéniles résistent mieux à une température et une acidité plus élevée de l’eau si leurs parents ont eux-mêmes fait face à des conditions similaires.

Depuis plusieurs années, des études montrent les conséquences négatives du changement climatique sur nombre d’organismes marins, mais la façon dont les espèces pourraient s’adapter d’une génération à l’autre est plus rarement examinée, soulignent les chercheurs de l’Université James Cook, à Townsville, en Australie.

Pour les océans, qui absorbent le quart du CO2 émis dans l’atmosphère, nos émissions polluantes toujours plus importantes ont deux types d’impacts : un réchauffement de la température de l’eau, lié au réchauffement global, et une acidification liée à la concentration plus importante de CO2.

HÉRÉDITÉ ÉPIGÉNÉTIQUE

Lors de cette expérience australienne, menée en aquarium, les chercheurs ont constitué trois groupes de poissons clown adultes soumis, pour le premier groupe, aux concentrations de CO2 actuelles, et pour les deux autres à des concentrations plus élevées. Et les ont laissés se reproduire.

Les juvéniles ont été élevés dans les mêmes conditions de CO2 que leurs parents, avec une exception : une partie de la progéniture des poissons du premier groupe (concentration actuelle de CO2) a été élévée dans des conditions de CO2 plus importantes. Ces jeunes élevés dans des conditions de CO2 différentes avaient une taille et un poids "sensiblement inférieurs" aux jeunes poissons élevés dans les mêmes conditions que leurs parents, ont constaté les chercheurs.
Les poissons pourraient s’adapter mieux que prévu à des températures et à une acidité plus élevées des océans, conséquences attendues du changement climatique, estime une étude publiée dimanche 1er juillet dans la revue Nature Climate Change.

Des études menées en Australie sur des poissons clown montrent que les juvéniles résistent mieux à une température et une acidité plus élevée de l’eau si leurs parents ont eux-mêmes fait face à des conditions similaires.

Depuis plusieurs années, des études montrent les conséquences négatives du changement climatique sur nombre d’organismes marins, mais la façon dont les espèces pourraient s’adapter d’une génération à l’autre est plus rarement examinée, soulignent les chercheurs de l’Université James Cook, à Townsville, en Australie.

Pour les océans, qui absorbent le quart du CO2 émis dans l’atmosphère, nos émissions polluantes toujours plus importantes ont deux types d’impacts : un réchauffement de la température de l’eau, lié au réchauffement global, et une acidification liée à la concentration plus importante de CO2.

HÉRÉDITÉ ÉPIGÉNÉTIQUE

Lors de cette expérience australienne, menée en aquarium, les chercheurs ont constitué trois groupes de poissons clown adultes soumis, pour le premier groupe, aux concentrations de CO2 actuelles, et pour les deux autres à des concentrations plus élevées. Et les ont laissés se reproduire.

Les juvéniles ont été élevés dans les mêmes conditions de CO2 que leurs parents, avec une exception : une partie de la progéniture des poissons du premier groupe (concentration actuelle de CO2) a été élévée dans des conditions de CO2 plus importantes. Ces jeunes élevés dans des conditions de CO2 différentes avaient une taille et un poids "sensiblement inférieurs" aux jeunes poissons élevés dans les mêmes conditions que leurs parents, ont constaté les chercheurs.
Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP