19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Et si les poissons s’adaptaient au changement climatique ?

Et si les poissons s’adaptaient au changement climatique ?

Dernière mise à jour le mardi 3 juillet 2012

Article paru sur le site "Le Monde Planète" - 01 juillet 2012
Visualiser l’article original



Et si les poissons s’adaptaient au changement climatique ?

Les poissons pourraient s’adapter mieux que prévu à des températures et à une acidité plus élevées des océans, conséquences attendues du changement climatique, estime une étude publiée dimanche 1er juillet dans la revue Nature Climate Change.

Des études menées en Australie sur des poissons clown montrent que les juvéniles résistent mieux à une température et une acidité plus élevée de l’eau si leurs parents ont eux-mêmes fait face à des conditions similaires.

Depuis plusieurs années, des études montrent les conséquences négatives du changement climatique sur nombre d’organismes marins, mais la façon dont les espèces pourraient s’adapter d’une génération à l’autre est plus rarement examinée, soulignent les chercheurs de l’Université James Cook, à Townsville, en Australie.

Pour les océans, qui absorbent le quart du CO2 émis dans l’atmosphère, nos émissions polluantes toujours plus importantes ont deux types d’impacts : un réchauffement de la température de l’eau, lié au réchauffement global, et une acidification liée à la concentration plus importante de CO2.

HÉRÉDITÉ ÉPIGÉNÉTIQUE

Lors de cette expérience australienne, menée en aquarium, les chercheurs ont constitué trois groupes de poissons clown adultes soumis, pour le premier groupe, aux concentrations de CO2 actuelles, et pour les deux autres à des concentrations plus élevées. Et les ont laissés se reproduire.

Les juvéniles ont été élevés dans les mêmes conditions de CO2 que leurs parents, avec une exception : une partie de la progéniture des poissons du premier groupe (concentration actuelle de CO2) a été élévée dans des conditions de CO2 plus importantes. Ces jeunes élevés dans des conditions de CO2 différentes avaient une taille et un poids "sensiblement inférieurs" aux jeunes poissons élevés dans les mêmes conditions que leurs parents, ont constaté les chercheurs.
Les poissons pourraient s’adapter mieux que prévu à des températures et à une acidité plus élevées des océans, conséquences attendues du changement climatique, estime une étude publiée dimanche 1er juillet dans la revue Nature Climate Change.

Des études menées en Australie sur des poissons clown montrent que les juvéniles résistent mieux à une température et une acidité plus élevée de l’eau si leurs parents ont eux-mêmes fait face à des conditions similaires.

Depuis plusieurs années, des études montrent les conséquences négatives du changement climatique sur nombre d’organismes marins, mais la façon dont les espèces pourraient s’adapter d’une génération à l’autre est plus rarement examinée, soulignent les chercheurs de l’Université James Cook, à Townsville, en Australie.

Pour les océans, qui absorbent le quart du CO2 émis dans l’atmosphère, nos émissions polluantes toujours plus importantes ont deux types d’impacts : un réchauffement de la température de l’eau, lié au réchauffement global, et une acidification liée à la concentration plus importante de CO2.

HÉRÉDITÉ ÉPIGÉNÉTIQUE

Lors de cette expérience australienne, menée en aquarium, les chercheurs ont constitué trois groupes de poissons clown adultes soumis, pour le premier groupe, aux concentrations de CO2 actuelles, et pour les deux autres à des concentrations plus élevées. Et les ont laissés se reproduire.

Les juvéniles ont été élevés dans les mêmes conditions de CO2 que leurs parents, avec une exception : une partie de la progéniture des poissons du premier groupe (concentration actuelle de CO2) a été élévée dans des conditions de CO2 plus importantes. Ces jeunes élevés dans des conditions de CO2 différentes avaient une taille et un poids "sensiblement inférieurs" aux jeunes poissons élevés dans les mêmes conditions que leurs parents, ont constaté les chercheurs.
Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP