23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Etoile de mer commune

Etoile de mer commune

Asteria rubens

Dernière mise à jour le lundi 17 octobre 2016


L’étoile de mer est réellement un animal curieux ; généralement elle possède au moins cinq bras mais certaines en ont plus.
On la trouve à moins d’un mètre de profondeur, mais aussi dans les fosses abyssales.
Du fait de son fort appétit on la considère très souvent comme un nuisible (prédateur de l’huitre, de la palourde, de la moule, notamment)



Etoile de mer bleue (dessus) étoile de mer bleue (dessous)

- les genres "étoiles de mer" sont légion, il existe plusieurs classes et au sein de ces classes des tas de familles.
- certaines vivent uniquement dans les mers froides, d’autres uniquement dans les mers chaudes, d’autres encore sur nos côtes mais pas en Méditerranée.
- certaines sortes ont des bras palmés, d’autres sont bossues, de couleurs vives ou ternes, trapues ou très fines, d’une envergure de quelques millimètres ou de plusieurs dizaines de centimètres.

- l’étoile de mer commune, selon l’endroit où elle vit, a une envergure différente de 7 à 10 cm à 40 ou 50 cm.
- l’étoile de mer commune est de couleur variable comme son nom ne l’indique pas, "Asteria rubens", qui peut se traduire par étoile rouge !
- nous pourrions la trouver demain rouge, orangée, jaunâtre ou mauve, du moins dans l’Atlantique ou dans la Manche ... ou la mer du Nord.


Habitat et habitudes alimentaires de l’étoile de mer :

- l’étoile de mer vit la nuit, elle s’enfonce dans le sable le jour et surtout à marée basse.

- elle se nourrit la nuit de toutes sortes d’animaux marins, mais plus particulièrement de beaucoup de coquillages. Et Notamment des huîtres, des coquilles st jacques, des pétoncles blancs ou noirs, éponges
m
- en cas de besoin, quand le coquillage est gros, l’étoile de mer retourne son estomac pour digérer sa proie en déposant des sucs gastriques sur les chairs ; une fois l’opération terminée elle remet son estomac en place ! (Guide des curieux du bord de mer)


Caractéristiques de l’étoile de mer :

Pour être sûr que vous avez à faire à une étoile de mer commune, il faut :
- qu’elle ait 5 bras au moins,
- que les pointes des bras soient émoussées,
- que les épines blanches soient disposées en une ligne continue au milieu de chaque bras ; même si la photo ne le montre pas bien, cette ligne était présente, mais cette étoile était probablement morte depuis plusieurs jours.

Particularité :
- l’étoile de mer, comme le lézard ou les crustacés, peut reconstituer un ou plusieurs de ses bras resté dans la gueule d’un prédateur ou coincé dans un rocher !



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP