20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer
Accueil > Actualités de la mer > Étoiles de mer. Tentative de valorisation

Étoiles de mer. Tentative de valorisation

Dernière mise à jour le jeudi 3 décembre 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 02 Décembre 2015
Visualiser l’article original


La pêche à la coquille Saint-Jacques a tranquillement repris en rade de Brest. Les étoiles de mer sont également au rendez-vous.
Elles sont acheminées vers une exploitation agricole, à Hanvec. Les étoiles de mer tapissent en nombre le fond de la rade de Brest.
Ce prédateur naturel de la coquille Saint-Jacques n’est pas remis à l’eau, afin de tenter d’endiguer le phénomène.
Mais jusqu’à présent, aucune option de valorisation de cet envahissant échinoderme n’a tenu la marée.
Ces 30 dernières années, on a bien exploré plusieurs pistes mais il a fallu se rendre à l’évidence. Les étoiles de mer sont difficiles à valoriser. Une solution a pourtant été proposée à la criée de Brest.
Une exploitation agricole d’Hanvec, le Gaec de Keromen, s’est proposée d’incorporer à son lisier de bovin ces étoiles de mer qu’elle étend sur ses champs, les fameuses étoiles de mer étant source indéniable de calcaire. Elles viennent ainsi enrichir le compost de ces terres non labourées. Chaque semaine, une tonne d’étoiles de mer pêchées en rade de Brest est ainsi acheminée à Hanvec, par la criée de Brest qui assure le stockage et le transport.
À une époque, elles étaient envoyées à l’usine d’équarrissage mais la présence de sable était préjudiciable à l’installation. Il y a encore plus longtemps, les pêcheurs avaient la mauvaise habitude de les trancher en deux sur le pont et de les relâcher en mer. Mais ses propriétés physiologiques lui permettaient de créer deux individus à partir de ses moitiés. Au fil du temps, les pêcheurs avaient pris l’habitude de les laisser crever sur le pont, en s’accommodant de l’odeur et de la corvée de remise à l’eau (souvent dans le port) pour la marée suivante.
Obligation de les rapporter

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP