13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Extraction de sable. Le doc’ qui tire la sonnette d’alarme

Extraction de sable. Le doc’ qui tire la sonnette d’alarme

Dernière mise à jour le lundi 8 juillet 2013

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 08 Juillet 2013
Visualiser l’article original


D’ici 2100 selon certains scientifiques, les plages auront complètement disparu". Un scénario catastrophe développé par le réalisateur Denis Delestrac, qui pointe du doigt les grands cimentiers.

Journaliste de formation, Denis Delestrac est aujourd’hui réalisateur indépendant. Avec « Sand Wars » (en France, « Le Sable : enquête sur une disparition »), un documentaire de 74 minutes, il vient de terminer un film choc. Coproduit par Arte et une chaîne canadienne, le film va bientôt sortir aux États-Unis. En France et en Allemagne, il a battu des records d’audience pour un documentaire lors de sa diffusion sur Arte le 28 mai. Il est encore disponible sur Arte futur. Il sera présenté à Etel (56) jeudi et Trébeurden (22) vendredi.

Que démontre votre film ?
Que le sable n’est pas une ressource infinie. La consommation de l’homme est très rapide et à grande échelle. Or, la ressource met des milliers d’années à se renouveler. C’est une ressource convoitée. Les mafias du sable sont très visibles dans certains pays. En Inde, c’est la plus puissante du pays. Au Maroc, ses intérêts sont également énormes.

Quelles sont les conséquences d’une extraction excessive ?
Il y a de très grosses répercussions sur les traits de côte. De 75 à 80 % des plages de la planète sont en train de disparaître. Le sable est une ressource que tout le monde prend pour acquise, qu’on regarde l’été sur la plage et dont on ne se préoccupe pas le reste du temps. Or, on le trouve dans le verre, le béton, les routes... Tout le modèle urbain et économique est bâti sur le sable, qu’on trouve également dans l’alimentaire, les cosmétiques, les puces électroniques etc.

Pourquoi ne prélève-t-on pas du sable dans le désert ?
Parce qu’il est trop rond, à force d’être battu par les vents. Ses grains ne s’agrègent pas, et du coup, il ne sert absolument à rien.

Les problématiques sont-elles identiques partout ?
Il y a des différences d’exploitation. Des endroits où le législateur a mieux travaillé. Mais on commence à voir des tensions géopolitiques entre pays. Certains ont épuisé leur ressource, comme Dubaï qui en importe d’Australie. Même en France, ça devient un vrai problème et personne n’en avait parlé jusqu’à présent. Ce n’était pas dans l’agenda des politiques. C’est en train d’y entrer.

Grâce à votre film...
C’est extraordinaire de réaliser un sujet et de constater que ça a des répercussions sur le terrain. Il y a des tas de gens qui me disent qu’ils ne pourront plus regarder la plage comme avant. Le lendemain de la diffusion du film sur Arte, nous étions à l’Assemblée nationale avec la députée Viviane Le Dissez (Dinan). Beaucoup de députés se sentent maintenant très concernés et un vrai programme politique est en train de naître pour réformer le code minier.

Quelles sont les causes de la disparition ?
Il y a le dragage, qu’il soit sauvage ou non, les barrages, qui bloquent 50 % du sable de la planète, et enfin le développement humain sur le littoral. Si on construit trop près de la plage, celle-ci ne peut plus reculer en hiver et elle se fait manger par les vagues.

La lutte s’organise-t-elle partout ?
Non. C’est en train de commencer en Inde, mais certains militants se sont fait tuer. En France, ça a commencé en Bretagne avec le Peuple des Dunes, à Étel-Erdeven d’abord, puis à Trébeurden. Et ça commence à inspirer d’autres personnes partout dans le monde.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP