19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Figeac. Le Célé abrite une espèce préhistorique

Figeac. Le Célé abrite une espèce préhistorique

Dernière mise à jour le dimanche 9 juin 2013

Article paru
sur le site "La Dépêche.fr" - 09 Juin 2013
Visualiser l’article original


On l’appelle « chatouille » ou « suce-caillou », la lamproie de Planer est un poisson préhistorique de nos rivières que les techniciens du Syndicat mixte de la Rance et du Célé ont identifié lors de leurs prospections et études.

Kévin Houdet et Pierre-François Prévitalli la présentent : « Elle est dépourvue d’écailles et de mâchoires. Serpentiforme, de couleur verdâtre chez les jeunes et argentée chez les adultes, elle possède une nageoire dorsale et une ventouse avec des dents. Elle possède aussi sept petits orifices sur ses flancs pour respirer, et n’a pas de branchies. Enfin, elle peut mesurer jusqu’à 20 cm ».
Elle vit de trois à six ans enfouie au fond d’un terrier

Une curieuse petite bête qui connaît une phase larvaire de trois à six ans, aveugle, enfouie au fond d’un terrier creusé dans les berges ou les atterrissements. Elle se nourrit de micro-organismes. « Après une longue métamorphose, l’adulte se dote de deux yeux et son appareil digestif s’atrophie, il ne se nourrit plus », expliquent les représentants du Syndicat mixte.

Grâce aux pêches électriques réalisées par le syndicat, en partenariat avec les fédérations de pêche du Cantal et du Lot, la présence de larves a été confirmée sur le Célé et sur les principaux affluents tels la Rance, le Veyre, le Bervezou ou le Drauzou.

En avril-mai, les mâles et les femelles confectionnent leur frayère (creux d’environ 20 cm de diamètre) en déplaçant les graviers à l’aide de leur ventouse. Les femelles y déposent leurs œufs aussitôt fécondés par les mâles puis recouverts.

« Discrètes, poursuit Pierre-François Prévitalli, les lamproies de Planer sont visibles essentiellement à cette période qui donne lieu à des rassemblements : parfois une trentaine d’individus. Les adultes meurent après la reproduction et les larves s’enfouissent »._ Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP