23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Fille de la terre, elle explore le fond des océans !

Fille de la terre, elle explore le fond des océans !

Dernière mise à jour le vendredi 31 août 2012

Article paru sur le site "Ouest-France" - lundi 29 Août 2012
Visualiser l’article original


par Thomas Brégardis

La biologiste québécoise Jozée Sarrazin n’a découvert la mer qu’à 14 ans. Basée à Brest, elle est devenue une spécialiste de la vie dans les grands fonds.

C’est fou ce qui peut hanter le sommeil d’une scientifique. « J’ai encore rêvé de crevettes », sourit Jozée Sarrazin. Pas le bouquet ou la grise... Plutôt des Mirocaris fortunata, qu’elle chasse par... 1 700 m de fond !

Biologiste à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), à Brest, c’est une spécialiste des sources hydrothermales. Des « jus » pouvant atteindre 350° C qui jaillissent de la croûte terrestre, chargés de métaux, de soufre et d’éléments radioactifs. Ce milieu sans lumière, a priori toxique, est à l’origine de véritables oasis au fond des océans.

« Un privilège »

L’origine de la vie sur Terre est peut-être même là, parmi ces bactéries, ces moules et affreux copépodes poilus. La chercheure ¯ elle tient à cette écriture ¯ en retient une chose simple : « La vie est partout. Cela ouvre des perspectives pour les autres planètes. »

Son quotidien, c’est la collecte de fonds pour financer les campagnes, la publication d’articles, les colloques, l’encadrement d’étudiants... Mais son moteur, c’est le terrain. La mer.

Une ou deux fois par an, jusqu’à soixante-quinze marins et chercheurs sont embarqués durant trois à six semaines : poser un observatoire, cartographier, prélever eau, sédiments et animaux. Jozée enchaîne des journées de vingt heures. « On y est complètement concentré sur son truc. » Elle a plongé à bord des submersibles habités Nautile et Alvin. « Un privilège énorme » que d’être cloîtrée des heures dans un coffre-fort en titane de 2 m3, très loin des Terriens.

L’absence n’est pas toujours facile à gérer pour une mère de deux enfants. « Mon petit, je lui préparais dans une boîte un mot à ouvrir chaque jour ».

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP