15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare
Accueil > Actualités de la mer > Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance

Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance

Dernière mise à jour le mercredi 15 août 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 14 Août 2018
Visualiser l’article original


Vigilance quant à la consommation du poisson cru. La préfecture du Finistère a indiqué dans un communiqué que deux cas de contamination par un parasite présent dans les poissons sauvages - responsable de troubles digestifs graves - ont été déclarés dans le Finistère.

Dans un communiqué publié ce mardi, la préfecture du Finistère a lancé un appel à la vigilance concernant la consommation de poisson cru. « Le poisson sauvage est susceptible de contenir des parasites (comme le ver Anisakis) qui sont tués habituellement par la cuisson. »

« Lorsqu’il mange du poisson à l’état cru, pas assez cuit, ou juste mariné dans des préparations à base de sel, citron, huile ou vinaigre (par exemple : anchois marinés, tartare, carpaccio, ceviche,…), le consommateur peut être contaminé par ce ver, responsable de troubles digestifs graves », ajoute la Préfecture qui fait état de deux cas avérés récemment dans le Finistère. Le site du ministère de l’Agriculture rapporte quatre cas entre juillet et août 2018 dans le département. « Les personnes touchées ont présenté des troubles digestifs graves après consommation de poissons crus (merlu) ou uniquement marinés (anchois) ».

Une règle principale à respecter : « Avant de consommer du poisson sauvage cru, il faut au préalable le congeler au minimum pendant 7 jours »

Des cas rares mais pouvant être très graves

Le ver Anisakis est un parasite que l’on peut retrouver dans les mers tempérées et froides de l’hémisphère nord dans des poissons comme le hareng, le maquereau, la lotte ou encore le merlu. Ce parasite peut être responsable d’une anisakidose chez le consommateur..
Lire l’Article complet sur...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP