13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Forcing au Parlement européen pour faire interdire le chalutage (...)

Forcing au Parlement européen pour faire interdire le chalutage profond

Dernière mise à jour le lundi 9 décembre 2013

Article paru
sur le site "Agrisalon" - 07 Décembre 2013
Visualiser l’article original



BRUXELLES, 07 déc 2013 (AFP) - Appelé à se prononcer sur les moyens de protéger les fonds marins des dégâts du chalutage profond, le Parlement européen pourrait voter mardi en faveur d’une interdiction, dans le sillage d’une BD qui a ébranlé le soutien de la France à cette pêche.

Depuis novembre et un premier vote au Parlement européen, l’idée d’interdire cette pratique pour la flotte de l’UE semblait avoir fait long feu, contrairement au souhait de la Commission européenne, en pointe sur la lutte pour une pêche durable. Les eurodéputés se dirigeaient ainsi vers un encadrement du chalutage profond, protégeant les écosystèmes les plus vulnérables, mais censé ménager aussi les pêcheurs. Et le dossier semblait voué à s’enliser sous la pression des trois pays assurant 90% de l’activité, France Espagne et Portugal. C’était sans compter avec l’obstination des défenseurs des abysses, emmenés par Claire Nouvian, ex-auteure de documentaires animaliers et passionaria autoproclamée des grands fonds à la tête depuis 2004 de son association Bloom.

Dénonçant une pêche aussi destructrice que non-rentable, Bloom a rallié à sa campagne la dessinatrice française Pénélope Bagieu, qui a croqué son argumentaire en BD. Pour les écologiques, soutenus en l’espèce par le plus gros de la communauté scientifique, le recours aux chaluts et filets maillants a le double inconvénient de laminer les fonds, et leurs précieux coraux et éponges, et de menacer d’extinction nombre d’espèces. Car aux côtés de la poignée de poissons commercialisées (sabres noirs, grenadiers de roche, et lingues bleues), cette technique piègent une centaine d’espèces, souvent fragiles et qui seront finalement rejetées en mer.

En moins d’une semaine, le plaidoyer pro-abysses de Pénélope Bagieu a créé le buzz et submergé la toile, rameutant au final près de 700.000 pétitionnaires en faveur de l’interdiction. La pétition a été remise la semaine dernière à l’Elysée, appelé à désavouer le ministre de la Pêche, Frédéric Cuvillier. Maire de Boulogne- sur-Mer (Nord), l’un des ports concernés avec Lorient (Ouest), ce dernier avait brandi en 2012 la menace d’une perte de près de 500 emplois si le chalutage profond devait être banni. L’industrie française de la pêche chiffre pour sa part à quelque 3.000 les emplois remis en cause. Faux rétorque Bloom, pour qui seuls une dizaine de bateaux européens sont concernés, dont neuf français et six contrôlés par le groupe Intermarché, la pratique du chalutage profond ne représentant que 1,4% des prises de l’UE dans l’Atlantique Nord-Est.

Dans le sillage de cette mobilisation, le groupe des Verts a décidé de camper sur le principe d’une interdiction. Un vote favorable en plénière constituerait un désaveu pour la commission pêche du Parlement européen. La proposition des Verts a reçu le soutien de l’extrême-gauche et d’eurodéputés de tous les autres groupes, socialistes, libéraux et conservateurs, et « nous espérons décrocher une majorité », a affirmé Mme Nouvian à l’AFP.

Mais la bataille s’annonce rude jusqu’au dernier moment avec les parlementaires, surtout français et espagnols, pour qui cette technique de pêche n’a besoin que d’être mieux encadrée. Dans ce camp, au côté de son compatriote conservateur breton Alain Cadec, la socialiste Isabelle Thomas avait jugé que le rejet de l’interdiction par la commission pêche était une « preuve de sagesse », prenant en compte « la dimension sociale » du problème. Le patron de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), Patrick Vincent, a toutefois affaibli entre temps l’argumentaire des défenseurs de cette pêche. Prenant le contrepied de ce qu’une étude de son institut semblait jusque là avancer, il a expliqué lors d’une audition à l’assemblée nationale qu’en l’état, les connaissances scientifiques ne pouvaient pas garantir la durabilité de la pêche profonde.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP