21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"
Accueil > Actualités de la mer > Frelon asiatique. Le territoire français est colonisé à 70 %

Frelon asiatique. Le territoire français est colonisé à 70 %

Dernière mise à jour le vendredi 5 septembre 2014

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 05 Septembre 2014
Visualiser l’article original



De nombreux nids sont découverts actuellement dans l’ouest. L’occasion de faire le point avec l’un des spécialistes français de cet insecte, le chercheur Eric Darrouzet (1).

Quelles sont les particularités du frelon asiatique ?

D’abord, c’est une espèce invasive, qui n’est pas censée être présente en France. Ensuite, c’est un prédateur généraliste qui chasse beaucoup d’insectes, ce qui peut avoir un impact important sur la biodiversité.

Un impact économique également sur l’apiculture car les frelons détruisent les ruches. Autre caractéristique : là où un frelon européen construit 3000 alvéoles, un frelon asiatique en fait 15 000 ! Cela veut dire qu’il produit des populations beaucoup plus importantes.

Enfin, un nid de frelon peut encore contenir des individus jusqu’à fin janvier alors que les autres espèces s’éteignent plus tôt dans la saison.

Comment le frelon se propage-t-il dans le territoire français ?

La première reine s’est implantée en 2004, dans le Lot-et-Garonne. Peut-être dans une poterie importée d’Asie. Une reine peut donner naissance à 500 reproductrices environ. Mais 90 % d’entre elles ne survivent pas à l’hiver et toutes ne vont pas créer un nid. On estime donc qu’à partir d’un nid-mère, dix nids seront créés l’année suivante dans un rayon de moins de 100 km.

Aujourd’hui, tout le Grand ouest est touché. D’après les chiffres de 2013, 70 % du territoire français sont aujourd’hui colonisés. Le nord de l’Espagne, du Portugal et de l’Italie sont également touchés. Le problème n’est plus seulement français, mais européen. Il a aussi des spots de colonisation qui se forment après des transports de bois ou de pots de fleurs. On en a observé en Ile-de-France, à Lille ou encore en Belgique.

Le frelon est-il plus agressif qu’une guêpe ?

Non, s’il vient chercher du sucre sur une fleur comme c’est souvent le cas en ce moment, on ne craint pas grand chose. Sauf si l’on s’approche de son nid. Quand les gens se font piquer, c’est qu’ils sont à proximité d’un nid, sans même le savoir. Si l’on fait du bruit ou des vibrations, on augmente le risque.

Que faire si l’on découvre un nid ?
Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP