13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > Frelon asiatique. Le territoire français est colonisé à 70 %

Frelon asiatique. Le territoire français est colonisé à 70 %

Dernière mise à jour le vendredi 5 septembre 2014

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 05 Septembre 2014
Visualiser l’article original



De nombreux nids sont découverts actuellement dans l’ouest. L’occasion de faire le point avec l’un des spécialistes français de cet insecte, le chercheur Eric Darrouzet (1).

Quelles sont les particularités du frelon asiatique ?

D’abord, c’est une espèce invasive, qui n’est pas censée être présente en France. Ensuite, c’est un prédateur généraliste qui chasse beaucoup d’insectes, ce qui peut avoir un impact important sur la biodiversité.

Un impact économique également sur l’apiculture car les frelons détruisent les ruches. Autre caractéristique : là où un frelon européen construit 3000 alvéoles, un frelon asiatique en fait 15 000 ! Cela veut dire qu’il produit des populations beaucoup plus importantes.

Enfin, un nid de frelon peut encore contenir des individus jusqu’à fin janvier alors que les autres espèces s’éteignent plus tôt dans la saison.

Comment le frelon se propage-t-il dans le territoire français ?

La première reine s’est implantée en 2004, dans le Lot-et-Garonne. Peut-être dans une poterie importée d’Asie. Une reine peut donner naissance à 500 reproductrices environ. Mais 90 % d’entre elles ne survivent pas à l’hiver et toutes ne vont pas créer un nid. On estime donc qu’à partir d’un nid-mère, dix nids seront créés l’année suivante dans un rayon de moins de 100 km.

Aujourd’hui, tout le Grand ouest est touché. D’après les chiffres de 2013, 70 % du territoire français sont aujourd’hui colonisés. Le nord de l’Espagne, du Portugal et de l’Italie sont également touchés. Le problème n’est plus seulement français, mais européen. Il a aussi des spots de colonisation qui se forment après des transports de bois ou de pots de fleurs. On en a observé en Ile-de-France, à Lille ou encore en Belgique.

Le frelon est-il plus agressif qu’une guêpe ?

Non, s’il vient chercher du sucre sur une fleur comme c’est souvent le cas en ce moment, on ne craint pas grand chose. Sauf si l’on s’approche de son nid. Quand les gens se font piquer, c’est qu’ils sont à proximité d’un nid, sans même le savoir. Si l’on fait du bruit ou des vibrations, on augmente le risque.

Que faire si l’on découvre un nid ?
Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP