23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Frelon asiatique. Le territoire français est colonisé à 70 %

Frelon asiatique. Le territoire français est colonisé à 70 %

Dernière mise à jour le vendredi 5 septembre 2014

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 05 Septembre 2014
Visualiser l’article original



De nombreux nids sont découverts actuellement dans l’ouest. L’occasion de faire le point avec l’un des spécialistes français de cet insecte, le chercheur Eric Darrouzet (1).

Quelles sont les particularités du frelon asiatique ?

D’abord, c’est une espèce invasive, qui n’est pas censée être présente en France. Ensuite, c’est un prédateur généraliste qui chasse beaucoup d’insectes, ce qui peut avoir un impact important sur la biodiversité.

Un impact économique également sur l’apiculture car les frelons détruisent les ruches. Autre caractéristique : là où un frelon européen construit 3000 alvéoles, un frelon asiatique en fait 15 000 ! Cela veut dire qu’il produit des populations beaucoup plus importantes.

Enfin, un nid de frelon peut encore contenir des individus jusqu’à fin janvier alors que les autres espèces s’éteignent plus tôt dans la saison.

Comment le frelon se propage-t-il dans le territoire français ?

La première reine s’est implantée en 2004, dans le Lot-et-Garonne. Peut-être dans une poterie importée d’Asie. Une reine peut donner naissance à 500 reproductrices environ. Mais 90 % d’entre elles ne survivent pas à l’hiver et toutes ne vont pas créer un nid. On estime donc qu’à partir d’un nid-mère, dix nids seront créés l’année suivante dans un rayon de moins de 100 km.

Aujourd’hui, tout le Grand ouest est touché. D’après les chiffres de 2013, 70 % du territoire français sont aujourd’hui colonisés. Le nord de l’Espagne, du Portugal et de l’Italie sont également touchés. Le problème n’est plus seulement français, mais européen. Il a aussi des spots de colonisation qui se forment après des transports de bois ou de pots de fleurs. On en a observé en Ile-de-France, à Lille ou encore en Belgique.

Le frelon est-il plus agressif qu’une guêpe ?

Non, s’il vient chercher du sucre sur une fleur comme c’est souvent le cas en ce moment, on ne craint pas grand chose. Sauf si l’on s’approche de son nid. Quand les gens se font piquer, c’est qu’ils sont à proximité d’un nid, sans même le savoir. Si l’on fait du bruit ou des vibrations, on augmente le risque.

Que faire si l’on découvre un nid ?
Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP