15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous
Accueil > Actualités de la mer > Fukushima : les rejets en mer dilués par les courants

Fukushima : les rejets en mer dilués par les courants

Dernière mise à jour le mercredi 11 avril 2012

Article paru sur le site "Le Figaro" - Lundi 02 Avril 2012
Visualiser l’article original



Fukushima : les rejets en mer dilués par les courants

L’accident de la centrale japonaise a provoqué la plus grande marée radioactive de l’histoire. Mais les rejets ont été presque miraculeusement dilués grâce aux très puissants courants marins qui longent la côte.

Les mesures de radioactivité faites en juin 2011 dans le Pacifique à bord du Ka imikai-o-Kanaloa, un navire scientifique américain, viennent d’être publiées. Elles confirment bien que l’accident de la centrale de Fukushima du 11 mars 2011 a entraîné la plus importante pollution radioactive du milieu marin de toute l’histoire du nucléaire. Elle montre aussi que les rejets radioactifs ont été presque miraculeusement dilués grâce aux très puissants courants du Kuroshio qui longent la côte du Tohoku, la région où la centrale avait été construite.

« 30.000 becquerels par litre »

« Même s’il y a maintenant dix, voire mille fois plus de césium 137 (le principal radionucléide rejeté lors des fuites des réacteurs endommagés) qu’avant l’accident de Fukushima, les risques radioactifs sont inférieurs à ceux considérés comme dangereux pour les animaux marins et la consommation humaine et même inférieures à la radioactivité naturelle », soulignent les auteurs de l’étude publiée le mardi 3 avril dans les Pnas. Les niveaux de radioactivité sont comparables à ceux mesurés dans la Baltique.

Pourtant, Fukushima a été une vraie catastrophe. « Dans la semaine qui a suivi les premières fuites, on a mesuré en mer, à 300 mètres de la centrale, des concentrations de 30.000 becquerels par litre (la radioactivité naturelle de l’eau de mer est de 10 Bcq/l, NDLR). On n’avait jamais vu ça », souligne en effet Pascal Bailly du Bois, de l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire).

Basé à Cherbourg-Octeville, il fait des recherches depuis plusieurs années sur la dispersion des rejets en mer de l’usine de retraitement atomique dans la Manche et l’Atlantique Nord.

L’un des courants les plus puissants du monde

Heureusement, les courants du Kuroshio, qui tournent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, sont parmi les plus puissants du monde. La moitié de l’eau de mer présente dans un rayon de 50 km autour de la centrale de Fukushima est renouvelée tous les sept jours. La dispersion naturelle a donc joué un rôle considérable. « Si les rejets s’étaient produits dans une mer fermée comme la Méditerranée, ou en mer d’Irlande ou dans la Baltique où il y a peu de courants, cela aurait été une véritable catastrophe », assure Pascal Bailly du Bois.

Grâce au Kuroshio, la radioactivité au large de la centrale a donc très rapidement décru. Elle s’est dispersée. « Fukushima a triplé le bruit de fond à l’échelle de tout l’océan Pacifique », résume le chercheur de l’IRSN. Les poissons marins, excepté ceux qui se trouvaient à proximité de la centrale lors des fuites massives, sont consommables par l’homme.


Risque tsunami revu à la hausse

Les experts japonais ont tiré les leçons du séisme du 11 mars 2011 qui avait entraîné un tsunami dévastateur sur toute la côte nord-est du Japon. Dans un rapport remis ce week-end au gouvernement, ils affirment que la côte sud-est du pays pourrait être dévastée à son tour par une vague géante dépassant plus de 34 mètres si un séisme de magnitude 9 se produisait au niveau de la faille de Nankai. Dans leur précédent rapport daté de 2003, les chiffres avancés étaient moitié moins importants.

L’île de Shikoku pourrait être la plus touchée, mais une vague de 21 m pourrait aussi balayer les régions côtières du sud de Honshu, la plus grande île de Honshu. Une vague de 21 m pourrait frapper la centrale nucléaire de Hamaoka, actuellement à l’arrêt, et passer par-dessus la digue de 18 m qui est en train d’être construite.

Un rapport remis vendredi au ministère de l’Éducation appelle les autorités de l’agglomération de Tokyo à préparer les populations à l’éventualité d’un séisme de magnitude 7. Le grand quotidien japonais Asahi Shimbun dressait dimanche toute une liste des problèmes que pourraient rencontrer les habitants de la région à la suite de ce tremblement de terre.

Par Yves Miserey



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP