22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Garonne. Pollution chimique : les poissons contaminés

Garonne. Pollution chimique : les poissons contaminés

Dernière mise à jour le dimanche 5 mai 2013

Article paru
sur le site "La dépêche.fr" - 03 Mai 2013
Visualiser l’article original


Les ministères de l’Environnement et de la Santé viennent de mettre en place des interdictions et restrictions concernant la pêche et la consommation des poissons d’eau douce. En cause : la pollution au PCB des lits de rivières contamine les poissons.

Au vu de la prolifération de polychlorobiphényles (PCB) dans les cours d’eau, les préfectures ont dressé une carte de France des interdictions ou recommandations de pêche.

La molécule, extrêmement toxique, serait contenue à très faible dose dans les poissons d’eau douce. D’où vient ce problème de polluant ?

Entre 1930 et 1980, les PBC servaient à tout : on en trouvait dans les peintures, l’asphalte, les résines, les produits antirouille, les textiles, caoutchoucs et autres adhésifs. Une fois leur forte toxicité prouvée (certains sont même de grands cancérigènes), les PCB ont été interdits en France en 1987 après une utilisation abusive.

Compte tenu de l’extrême persistance de ces produits, dont la durée de vie peut aller jusqu’à 2700 ans selon les molécules, ces produits toxiques se sont retrouvés dans la nature et dans les poissons pêchés dans les cours d’eau touchés. En particulier dans la Garonne et ses affluents.

Des doses extrêmement faibles

Des interdictions et recommandations ont donc été établies. En ce qui concerne le Grand Sud, les interdictions sont limitées à certaines espèces, et se font généralement en fonction d’une maille précise. Plus les poissons sont gros et vieux, plus ils ont de risques d’être contaminés.

Ces restrictions auront elles des conséquences sur les pêcheurs de la région ? « Pour l’instant, on n’a pas l’impression que ça dissuade les pêcheurs de pratiquer » explique Olivier Plasseraud, directeur de la fédération de pêche et de protection des milieux aquatiques de la Haute-Garonne. « Ils commencent à être au courant. Mais c’est le message à terme qui est négatif, de type le poisson sauvage est mauvais pour ma santé : ça démotive les pratiquants, alors que les doses de concentrations dans les poissons reste extrêmement faible ».

En ce qui concerne les mesures prises ? « En tant que pêcheurs, on se dit que cette gestion des PCB s’est faite à notre seul détriment. Le problème des PCB a été très mal géré : les milieux sont tellement pollués qu’ils sont un poison pour l’Homme et pour eux-mêmes. Or, la seule réponse donnée serait des interdictions concernant les pêcheurs à la ligne amateurs ? C’est un peu dérisoire ».
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP