18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation
Accueil > Actualités de la mer > Garonne. Pollution chimique : les poissons contaminés

Garonne. Pollution chimique : les poissons contaminés

Dernière mise à jour le dimanche 5 mai 2013

Article paru
sur le site "La dépêche.fr" - 03 Mai 2013
Visualiser l’article original


Les ministères de l’Environnement et de la Santé viennent de mettre en place des interdictions et restrictions concernant la pêche et la consommation des poissons d’eau douce. En cause : la pollution au PCB des lits de rivières contamine les poissons.

Au vu de la prolifération de polychlorobiphényles (PCB) dans les cours d’eau, les préfectures ont dressé une carte de France des interdictions ou recommandations de pêche.

La molécule, extrêmement toxique, serait contenue à très faible dose dans les poissons d’eau douce. D’où vient ce problème de polluant ?

Entre 1930 et 1980, les PBC servaient à tout : on en trouvait dans les peintures, l’asphalte, les résines, les produits antirouille, les textiles, caoutchoucs et autres adhésifs. Une fois leur forte toxicité prouvée (certains sont même de grands cancérigènes), les PCB ont été interdits en France en 1987 après une utilisation abusive.

Compte tenu de l’extrême persistance de ces produits, dont la durée de vie peut aller jusqu’à 2700 ans selon les molécules, ces produits toxiques se sont retrouvés dans la nature et dans les poissons pêchés dans les cours d’eau touchés. En particulier dans la Garonne et ses affluents.

Des doses extrêmement faibles

Des interdictions et recommandations ont donc été établies. En ce qui concerne le Grand Sud, les interdictions sont limitées à certaines espèces, et se font généralement en fonction d’une maille précise. Plus les poissons sont gros et vieux, plus ils ont de risques d’être contaminés.

Ces restrictions auront elles des conséquences sur les pêcheurs de la région ? « Pour l’instant, on n’a pas l’impression que ça dissuade les pêcheurs de pratiquer » explique Olivier Plasseraud, directeur de la fédération de pêche et de protection des milieux aquatiques de la Haute-Garonne. « Ils commencent à être au courant. Mais c’est le message à terme qui est négatif, de type le poisson sauvage est mauvais pour ma santé : ça démotive les pratiquants, alors que les doses de concentrations dans les poissons reste extrêmement faible ».

En ce qui concerne les mesures prises ? « En tant que pêcheurs, on se dit que cette gestion des PCB s’est faite à notre seul détriment. Le problème des PCB a été très mal géré : les milieux sont tellement pollués qu’ils sont un poison pour l’Homme et pour eux-mêmes. Or, la seule réponse donnée serait des interdictions concernant les pêcheurs à la ligne amateurs ? C’est un peu dérisoire ».
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP