21 juillet : Les députés inscrivent la préservation des mers et des océans dans la Constitution19 juillet : Pêche : un premier navire immobilisé grâce aux nouvelles normes de travail18 juillet : Mer d’Arabie. Une inquiétante « zone morte » ne cesse de s’étendre 17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale
Accueil > Actualités de la mer > Gilet de sauvetage, ceinture de sécurité du marin

Gilet de sauvetage, ceinture de sécurité du marin

Dernière mise à jour le mardi 25 août 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 20 Août 2015
Visualiser l’article original


Quels sont les deux accidents récents auxquels vous faites allusion ? Louis-Xavier Renaux, porte-parole du préfet maritime : « Un skipper tombé à l’eau dans le secteur de la Gironde et un plaisancier septuagénaire tombé de son annexe dans le port de Penmarc’h doivent la vie à leur gilet gonflable. Ils ont été récupérés à la dérive, au bout d’une heure quarante, pour l’un, et de quelques dizaines de minutes, pour l’autre ». Qu’apporte ce gilet, une fois percuté ? « Le gilet améliore grandement la flottabilité et permet de garder la tête hors de l’eau. Plus besoin de dépenser une grande énergie pour se maintenir à flot. On peut, au contraire, regrouper ses membres sur le corps afin de limiter la perte de chaleur corporelle qui, au bout d’un certain temps, devient mortelle. Il est aussi conseillé de garder ses vêtements pour retarder les effets de l’hypothermie ». Pourquoi ce gilet facilite-t-il le travail des sauveteurs ? « Une personne portant un gilet percuté sera plus haute sur l’eau et plus facilement localisable avec le boudin coloré du gilet autour de la tête. Quelques centimètres au-dessus de la surface de l’eau font une énorme différence pour être localisé, au lieu d’une tête sombre qui fait le bouchon entre deux eaux. Sans parler d’une espérance de vie qui sera sans commune mesure avec cette aide à la flottabilité, même dans une eau très froide. Un gilet bien capelé et équipé de sa sous-cutale (la lanière entre les fesses) facilitera aussi la récupération du naufragé ». Quelles sont encore les réticences ? « Elles ont tendance à diminuer mais on observe encore des plaisanciers qui rechignent à enfiler leur gilet par beau temps et belle mer, alors qu’ils ne sont jamais à l’abri d’un accident. Pourtant, même en cas de malaise ou d’un mauvais coup de bôme, le gilet vous permet également de garder la tête hors de l’eau en cas de chute à la mer puisque la plupart s’ouvrent automatiquement dans l’eau ». Pourquoi le chef de bord ne doit-il pas y couper ?

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP