19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc
Accueil > Actualités de la mer > Gilet de sauvetage, ceinture de sécurité du marin

Gilet de sauvetage, ceinture de sécurité du marin

Dernière mise à jour le mardi 25 août 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 20 Août 2015
Visualiser l’article original


Quels sont les deux accidents récents auxquels vous faites allusion ? Louis-Xavier Renaux, porte-parole du préfet maritime : « Un skipper tombé à l’eau dans le secteur de la Gironde et un plaisancier septuagénaire tombé de son annexe dans le port de Penmarc’h doivent la vie à leur gilet gonflable. Ils ont été récupérés à la dérive, au bout d’une heure quarante, pour l’un, et de quelques dizaines de minutes, pour l’autre ». Qu’apporte ce gilet, une fois percuté ? « Le gilet améliore grandement la flottabilité et permet de garder la tête hors de l’eau. Plus besoin de dépenser une grande énergie pour se maintenir à flot. On peut, au contraire, regrouper ses membres sur le corps afin de limiter la perte de chaleur corporelle qui, au bout d’un certain temps, devient mortelle. Il est aussi conseillé de garder ses vêtements pour retarder les effets de l’hypothermie ». Pourquoi ce gilet facilite-t-il le travail des sauveteurs ? « Une personne portant un gilet percuté sera plus haute sur l’eau et plus facilement localisable avec le boudin coloré du gilet autour de la tête. Quelques centimètres au-dessus de la surface de l’eau font une énorme différence pour être localisé, au lieu d’une tête sombre qui fait le bouchon entre deux eaux. Sans parler d’une espérance de vie qui sera sans commune mesure avec cette aide à la flottabilité, même dans une eau très froide. Un gilet bien capelé et équipé de sa sous-cutale (la lanière entre les fesses) facilitera aussi la récupération du naufragé ». Quelles sont encore les réticences ? « Elles ont tendance à diminuer mais on observe encore des plaisanciers qui rechignent à enfiler leur gilet par beau temps et belle mer, alors qu’ils ne sont jamais à l’abri d’un accident. Pourtant, même en cas de malaise ou d’un mauvais coup de bôme, le gilet vous permet également de garder la tête hors de l’eau en cas de chute à la mer puisque la plupart s’ouvrent automatiquement dans l’eau ». Pourquoi le chef de bord ne doit-il pas y couper ?

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP