18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Gilet de sauvetage, ceinture de sécurité du marin

Gilet de sauvetage, ceinture de sécurité du marin

Dernière mise à jour le mardi 25 août 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 20 Août 2015
Visualiser l’article original


Quels sont les deux accidents récents auxquels vous faites allusion ? Louis-Xavier Renaux, porte-parole du préfet maritime : « Un skipper tombé à l’eau dans le secteur de la Gironde et un plaisancier septuagénaire tombé de son annexe dans le port de Penmarc’h doivent la vie à leur gilet gonflable. Ils ont été récupérés à la dérive, au bout d’une heure quarante, pour l’un, et de quelques dizaines de minutes, pour l’autre ». Qu’apporte ce gilet, une fois percuté ? « Le gilet améliore grandement la flottabilité et permet de garder la tête hors de l’eau. Plus besoin de dépenser une grande énergie pour se maintenir à flot. On peut, au contraire, regrouper ses membres sur le corps afin de limiter la perte de chaleur corporelle qui, au bout d’un certain temps, devient mortelle. Il est aussi conseillé de garder ses vêtements pour retarder les effets de l’hypothermie ». Pourquoi ce gilet facilite-t-il le travail des sauveteurs ? « Une personne portant un gilet percuté sera plus haute sur l’eau et plus facilement localisable avec le boudin coloré du gilet autour de la tête. Quelques centimètres au-dessus de la surface de l’eau font une énorme différence pour être localisé, au lieu d’une tête sombre qui fait le bouchon entre deux eaux. Sans parler d’une espérance de vie qui sera sans commune mesure avec cette aide à la flottabilité, même dans une eau très froide. Un gilet bien capelé et équipé de sa sous-cutale (la lanière entre les fesses) facilitera aussi la récupération du naufragé ». Quelles sont encore les réticences ? « Elles ont tendance à diminuer mais on observe encore des plaisanciers qui rechignent à enfiler leur gilet par beau temps et belle mer, alors qu’ils ne sont jamais à l’abri d’un accident. Pourtant, même en cas de malaise ou d’un mauvais coup de bôme, le gilet vous permet également de garder la tête hors de l’eau en cas de chute à la mer puisque la plupart s’ouvrent automatiquement dans l’eau ». Pourquoi le chef de bord ne doit-il pas y couper ?

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP