23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > La Mer (Métiers / Loisirs) > Métiers de la mer > Pêche artisanale - Goémoniers

Pêche artisanale - Goémoniers

Dernière mise à jour le mardi 30 août 2016


Un métier ancien qui devient de jour en jour un métier d’avenir !


Goémoniers à pieds au travail


- il faut rappeler que la cueillette des algues est réglementée, au même titre que les autres espèces vivant dans la mer.
- c’est même très important de s’en souvenir car certaines zones sont actuellement gravement touchées par les pollutions, d’autres par un ramassage trop important.

- les algues subissent elles aussi le réchauffement de la planète qui peut créer pour certaines variétés un développement tel que les plus faibles ou les plus petites sont étouffées.

- l’acidification des océans également crée des désordres dans l’alimentation des algues en général.


Il y a plusieurs métiers de goémoniers !

- le ramasseur qui ramasse "ses algues" à des fins culinaires ou alimentaires, pour sa consommation personnelle.
- on peut désormais lui adjoindre ces restaurateurs qui, en France comme au Japon (où cette pratique est ancestrale), commencent à utiliser les algues comme légumes ou comme gélifiant dans leurs confitures, leurs desserts, ou quelquefois même dans leurs sauces.

- le ramasseur occasionnel, de chondrus crispus principalement.
- c’était le job d’été de beaucoup de jeunes ou moins jeunes du temps où les usines peu mécanisées étaient présentes sur les côtes.

- le goémonier à pied (voir photos ci-dessus et ci-dessous) qui ramasse pour le compte d’une usine de transformation, mais en grosse quantité.
- chaque ramasseur met au fur et à mesure les algues en sacs ; ces derniers sont évacués sur la terre ferme en fin de marée à l’aide d’un tracteur et de sa benne.
Goémoniers retour de pêche

- le goémonier dont le bateau est appareillé d’un scoubidou mécanique (voir ci-dessous le procédé utilisé ; schéma visible au Musée des Goémoniers à Plouguerneau).
Schéma du scoubidou
- il ramasse de gros tonnages tout ou partie de l’année.
- il est fréquent que le bateau serve aussi durant l’année à d’autres travaux, dragages de crépidules pour certains, ou de coquillages pour d’autres.


Remarques :

Les alginates et les sucres retirés des algues sont présents partout :
- médicaments, sauces, potages, confitures, produits laitiers
- mais aussi filtration de l’eau potable, couches pour bébé et autres serviettes absorbantes.

- d’une manière plus visible peut-être et en progression permanente, l’algue en tant qu’aliment prend sa place sur nos tables et dans nos assiettes.
Rendez donc visite à Plouguerneau (29) à notre ami Pierrick Le Roux pour apprendre à cuisiner les algues !



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP