20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Golfe du Morbihan. Imbroglio autour de la pêche au bao

Golfe du Morbihan. Imbroglio autour de la pêche au bao

Dernière mise à jour le jeudi 11 août 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 09 Août 2016
Visualiser l’article original


Les pêcheurs se grattent la tête en se demandant combien de baos ils ont le droit d’utiliser ?
Six maximum, comme le veut l’usage dans le golfe et en rivière d’Etel, ou deux, comme semblent le laisser entendre les Affaires maritimes... malgré une décision de la cour d’appel de Rennes.

Il y a plus d’un mois, nous publiions un reportage sur une opération de contrôle menée par les Affaires maritimes dans le golfe du Morbihan.
Un agent de cette administration y détaillait le matériel de pêche autorisé dans les bateaux : « Deux casiers, un filet de 50 mètres et deux palangres (ligne reliée à une bouée) par embarcation ». De nombreux pêcheurs ont réagi à la lecture de ce passage, ne sachant plus trop à quel saint se vouer.
Car une ligne reliée à une bouée et munie de deux hameçons, c’est la définition d’un bao. Les palangres, c’est autre chose.
« Des palangres, ce sont des engins dormants, qu’on met à l’eau le soir et qu’on relève le lendemain matin. Elles sont constituées de deux bouées reliées entre elles, au fond, avec un fil de pêche contenant 30 hameçons », explique Jean-Claude Briens, animateur du groupe pêche à l’Union nationale des associations de navigateurs (Unan).
La pêche aux baos, c’est une pêche traditionnelle dans le golfe, mais aussi dans la rivière d’Etel. Et c’est une pêche propre souligne Jean-Claude Briens. « S’il s’agit d’une pêche active, c’est effectivement le cas.
Le pêcheur relève régulièrement sa ligne pour voir s’il a du poisson. Si c’est une espèce qui ne l’intéresse pas ou si le poisson est trop petit, il peut le remettre à l’eau.
Avec les engins dormants, la pêche est beaucoup moins éco-responsable. Les poissons sont bien souvent morts quand on vient relever la ligne ».
Une exception dans le Morbihan

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP