19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Golfe du Morbihan. Imbroglio autour de la pêche au bao

Golfe du Morbihan. Imbroglio autour de la pêche au bao

Dernière mise à jour le jeudi 11 août 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 09 Août 2016
Visualiser l’article original


Les pêcheurs se grattent la tête en se demandant combien de baos ils ont le droit d’utiliser ?
Six maximum, comme le veut l’usage dans le golfe et en rivière d’Etel, ou deux, comme semblent le laisser entendre les Affaires maritimes... malgré une décision de la cour d’appel de Rennes.

Il y a plus d’un mois, nous publiions un reportage sur une opération de contrôle menée par les Affaires maritimes dans le golfe du Morbihan.
Un agent de cette administration y détaillait le matériel de pêche autorisé dans les bateaux : « Deux casiers, un filet de 50 mètres et deux palangres (ligne reliée à une bouée) par embarcation ». De nombreux pêcheurs ont réagi à la lecture de ce passage, ne sachant plus trop à quel saint se vouer.
Car une ligne reliée à une bouée et munie de deux hameçons, c’est la définition d’un bao. Les palangres, c’est autre chose.
« Des palangres, ce sont des engins dormants, qu’on met à l’eau le soir et qu’on relève le lendemain matin. Elles sont constituées de deux bouées reliées entre elles, au fond, avec un fil de pêche contenant 30 hameçons », explique Jean-Claude Briens, animateur du groupe pêche à l’Union nationale des associations de navigateurs (Unan).
La pêche aux baos, c’est une pêche traditionnelle dans le golfe, mais aussi dans la rivière d’Etel. Et c’est une pêche propre souligne Jean-Claude Briens. « S’il s’agit d’une pêche active, c’est effectivement le cas.
Le pêcheur relève régulièrement sa ligne pour voir s’il a du poisson. Si c’est une espèce qui ne l’intéresse pas ou si le poisson est trop petit, il peut le remettre à l’eau.
Avec les engins dormants, la pêche est beaucoup moins éco-responsable. Les poissons sont bien souvent morts quand on vient relever la ligne ».
Une exception dans le Morbihan

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP