22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Golfe du Morbihan. Imbroglio autour de la pêche au bao

Golfe du Morbihan. Imbroglio autour de la pêche au bao

Dernière mise à jour le jeudi 11 août 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 09 Août 2016
Visualiser l’article original


Les pêcheurs se grattent la tête en se demandant combien de baos ils ont le droit d’utiliser ?
Six maximum, comme le veut l’usage dans le golfe et en rivière d’Etel, ou deux, comme semblent le laisser entendre les Affaires maritimes... malgré une décision de la cour d’appel de Rennes.

Il y a plus d’un mois, nous publiions un reportage sur une opération de contrôle menée par les Affaires maritimes dans le golfe du Morbihan.
Un agent de cette administration y détaillait le matériel de pêche autorisé dans les bateaux : « Deux casiers, un filet de 50 mètres et deux palangres (ligne reliée à une bouée) par embarcation ». De nombreux pêcheurs ont réagi à la lecture de ce passage, ne sachant plus trop à quel saint se vouer.
Car une ligne reliée à une bouée et munie de deux hameçons, c’est la définition d’un bao. Les palangres, c’est autre chose.
« Des palangres, ce sont des engins dormants, qu’on met à l’eau le soir et qu’on relève le lendemain matin. Elles sont constituées de deux bouées reliées entre elles, au fond, avec un fil de pêche contenant 30 hameçons », explique Jean-Claude Briens, animateur du groupe pêche à l’Union nationale des associations de navigateurs (Unan).
La pêche aux baos, c’est une pêche traditionnelle dans le golfe, mais aussi dans la rivière d’Etel. Et c’est une pêche propre souligne Jean-Claude Briens. « S’il s’agit d’une pêche active, c’est effectivement le cas.
Le pêcheur relève régulièrement sa ligne pour voir s’il a du poisson. Si c’est une espèce qui ne l’intéresse pas ou si le poisson est trop petit, il peut le remettre à l’eau.
Avec les engins dormants, la pêche est beaucoup moins éco-responsable. Les poissons sont bien souvent morts quand on vient relever la ligne ».
Une exception dans le Morbihan

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP