20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Google Earth, un outil pour surveiller l’aquaculture

Google Earth, un outil pour surveiller l’aquaculture

Dernière mise à jour le lundi 20 février 2012

Article paru sur le site "MaxiSciences" - Lundi 13 Février 2012
Visualiser l’article original



Google Earth, un outil pour surveiller l’aquaculture

Grâce aux images satellites de Google Earth, des chercheurs canadiens ont recensé les installations aquacoles en Méditerranée. Ils ont déterminé le potentiel de production de ces fermes d’engraissement, afin de vérifier qu’il correspondait bien aux déclarations officielles recueillies par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Des chercheurs canadiens ont fait de Google Earth une véritable outil de surveillance de l’aquaculture. Avec les images satellites du service, ils ont recensé les cages d’engraissement de poissons au large de la Méditerranée. Ils ont même pu mesurer les dimensions de ces cages. Ainsi en 2006, Pablo Trujillo et Chiara Piroddi, de l’université de Colombie-Britannique, ont compté 248 installations destinées aux thons rouges, et près de 21.000 cages pour les bars et les daurades, précisent-ils dans une une étude publiée par Plos One.

Les chercheurs entendaient ainsi s’assurer que la réalité correspondait bien aux données officielles transmises à la FAO. Et les chiffres se sont avérés très proches de ceux de l’organisaton onusienne. Une production potentielle de 225.000 tonnes a été estimée par les scientifiques canadiens en 2006, quand 199.000 tonnes avaient été déclarées par les Etats côtiers. Leurs travaux épinglent toutefois deux pays, la Grèce et la Turquie, dont les productions aquacoles dépassent de 30 et 18% les déclarations faites à la FAO.

"Nos travaux montrent que les déclarations à la FAO sont fiables mais aussi que Google Earth peut être un bon instrument de vérification", soulignent les chercheurs. "Les avancées technologiques ne doivent pas seulement servir aux fraudeurs, elles doivent être aussi être utilisées pour lutter contre la fraude", estiment-ils.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP