15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre
Accueil > Actualités de la mer > Grand nettoyage de printemps dans la rade de Toulon cette semaine

Grand nettoyage de printemps dans la rade de Toulon cette semaine

Dernière mise à jour le mardi 10 avril 2012

Article paru sur le site "Var Matin" - Mardi 03 Avril 2012
Visualiser l’article original



Grand nettoyage de printemps dans la rade de Toulon cette semaine

Pilotée par l’armée, l’opération « rade propre » s’attaque, durant cinq jours, aux déchets des ports de Toulon, La Seyne et Saint-Mandrier.

Vu le large périmètre de l’action et sa durée limitée, il aurait peut-être été plus juste d’intituler cette opération « Rade… un tout petit peu plus propre. » Mais trêve de mauvais esprit : l’initiative reconduite pour la troisième fois par l’armée, et étendue cette année au périmètre de la Base de défense, vaut bien d’être soutenue. Grâce à elle, après cinq jours de nettoyage sous-marin et en surface, gageons que la rade en sortira tout de même moins polluée.

À l’occasion de la semaine du développement durable, la Marine nationale (1) engage ainsi les grands moyens matériels et humains pour astiquer le littoral et les fonds marins. En tout, quatre villes et une quinzaine de lieux sont concernés, ainsi que 150 personnes, militaires et civils, mobilisées.

Un « ponton-grue automoteur » (PGA) - sorte de grand appareil de levage flottant - et trente plongeurs seront déployés pour retirer des eaux saumâtres ce qui n’aurait jamais dû s’y trouver.

Un pistolet et un godemichet en 2011

« L’an passé, nous avions collecté 100 m3de déchets », explique le capitaine de frégate Christophe Bourmaud, le « Monsieur environnement »(2) de la préfecture maritime. Et de drôles de poissons : du bois en pagaille, de la ferraille et une centaine de pneus. Longtemps utilisés comme pare battage, les cylindres en gomme sont malheureusement plus nombreux dans le plan d’eau que les dorades royales.

« C’est ce qui nous fait dire que tout ça n’est pas vain, continue Christophe Bourmaud, qui conteste le fait que ce « grand coup de râteau » ponctuel soit un coup d’épée dans l’eau. « On ne pourrait pas déployer autant de moyens toute l’année. Et puis on sait qu’un pneu récupéré, c’est déjà du terrain gagné sur la pollution. »

Autre avantage de l’opération, selon lui : « Ça permet de sensibiliser le personnel de la base navale mais aussi la population. C’est pour ça qu’on souhaite associer les collectivités. » Lesquelles, de La Seyne à Saint-Mandrier en passant par Toulon, ont suivi le mouvement. La plupart du temps en mettant à disposition une benne et en assurant gestion et évacuation des déchets.

Concernant la partie militaire, c’est DCNS qui se chargera des poubelles. La Chambre de commerce et d’industrie du Var et plusieurs associations vont aussi aider la Royale à passer son coup de balai. Et puis, après tout, il y a peut-être moyen de ferrer quelques bonnes histoires à raconter.

Au rang des trouvailles insolites perdues, ont ainsi été découverts dans les fonds vaseux, une paire de skis ou un caddie. Et ce n’est pas tout. David et Jonathan (si, si), plongeurs de leur état, se souviendront longtemps de leur pêche de l’an passé : « Devant le quai Cronstadt, on avait ramené à la surface un pistolet 9 mm chargé et un godemichet ! » En parfait état de marche, l’arme avait été remise officiellement à la gendarmerie maritime.

1. Mais aussi, à un degré moindre, l’Armée de terre.

2. Chef de la direction « prévention, maîtrise des risques et environnement » à la préfecture maritime.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP