15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk
Accueil > Actualités de la mer > Grande marée. Combien de pêcheurs à pied ?

Grande marée. Combien de pêcheurs à pied ?

Dernière mise à jour le mercredi 11 avril 2012

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Samedi 07 Avril 2012
Visualiser l’article original



Grande marée. Combien de pêcheurs à pied ?

Combien de pêcheurs à pied pour cette grande marée sur les côtes de France ? Demain, de Boulogne à Biarritz, on va compter tous ceux qui iront gratter le sable et fouiller dans les rochers. Une première.

La population des pêcheurs à pied n’a jamais été évaluée en France et pourtant, les grandes marées sont de véritables événements nationaux. À chaque grand coefficient, c’est la ruée sur le littoral, un phénomène accentué par les 35heures, l’allongement de la durée de la vie et l’engouement pour le camping-car. Une enquête menée par l’Ifremer et l’institut BVA, en 2008, avait permis d’avoir une estimation du nombre de ces pratiquants : entre 1,5 et 2millions. Mais cette évaluation avait été réalisée par téléphone. Cette fois, on va aller sur place pour avoir une photographie plus exacte de la France qui pêche à pied. Et ce 8avril offre une véritable aubaine avec un coefficient de 113 qui tombe, de surcroît un dimanche de Pâques et en début de vacances scolaires. Seule inconnue qui pourrait faire évoluer le compteur : la météo.

Avec des avions

En tout cas, l’Agence des aires marines protégées ne pouvait pas trouver meilleur jour pour réaliser ce grand chiffrage. Cet établissement dépendant du ministère de l’Écologie s’est associé au Conservatoire du littoral et à deux associations environnementales : Vivarmor Nature (de Saint-Brieuc) et Iodde (de Marennes-Oléron). Des agents recenseurs vont être ainsi envoyés en de multiples endroits de la côte pour faire le total des « bassiers ». Pour la Bretagne, une douzaine de grands secteurs ont été sélectionnés : la baie de Saint-Brieuc, la baie de Morlaix et la région de Roscoff, la Côte-des-Légendes, la rade de Brest, la baie de Douarnenez, la côte de Penmarc’h, la baie de Concarneau, la côte lorientaise, la ria d’Etel, le golfe du Morbihan, la presqu’île de Rhuys et la baie de Vilaine. À chaque fois, ce sont des bénévoles qui vont réaliser ce comptage. Ils arpenteront les grèves ou travailleront aux jumelles. Il y aura aussi trois survols en avion : sur l’archipel de Chausey, en baie de Concarneau et dans le Morbihan, entre Saint-Philibert et l’estuaire de la Vilaine, pour des prises de vues aériennes. Dans certains coins, on a déjà une petite idée de la population des grandes marées. Des additions ont été faites par Vivarmor Nature sur Trébeurden, Plouézec, le Val-André et Saint-Jacut. « Au Val-André, nous avons compté 700 personnes en même temps autour de l’îlot du Verdelet et 1.000 à Saint-Jacut », indique Franck Delisle.

Prévention

Un résultat qui reste modeste comparé à la furie qui s’empare du Morbihan. À Damgan, en 2009, sur une marée d’équinoxe, le Syndicat intercommunal d’aménagement du golfe du Morbihan (Siagm) est arrivé au chiffre de 5.500 personnes sur 10 km de côte ! Cette opération nationale permettra d’améliorer les connaissances sur la fréquentation, les sites concernés et de cibler les actions de prévention. « Car se posent des questions de quantités prises et de protection du milieu », souligne Ronan Pasco, ingénieur au Siagm. « Notre objectif, souligne Franck Delisle, n’est pas de restreindre la pêche à pied mais de mieux la gérer, et la seule solution est d’aller à la rencontre de ceux qui la pratiquent ».

Gabriel Simon



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP