21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Grandes marées. Joies et devoirs de la pêche à pied

Grandes marées. Joies et devoirs de la pêche à pied

Dernière mise à jour le samedi 16 août 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 123 Août 2014
Visualiser l’article original



Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés ne sont pas perdus pour tout le monde. Pendant ces trois jours de grandes marées, il est même conseillé de s’adonner aux joies de la pêche à pied. Mais attention aux bonnes pratiques... et aux bonnes espèces à prendre.
1. La sécurité avant tout. « Il est bon de connaître les horaires de marée pour ne pas se faire piéger par la montée des eaux », rappelle Jean Quinquis, président de l’association des Pêcheurs et plaisanciers de Port-Lazo, Boulgueff et Kérarzic. « Savoir où l’on met les pieds et à quelle heure il faut commencer à revenir. Chaque année, on récupère des gens sur des rochers. Et ça peut-être très dangereux ». 2. Ce qu’on peut pêcher cet été. Jusqu’au 1er septembre,
on traquera bigorneaux, bulots, clams, couteaux, coques, macres, huîtres, moules, palourdes, praires, pétoncles, vénus, vernis. « Il y a une taille à respecter. Le mieux c’est d’avoir sur soi une réglette que l’on trouve dans le commerce ou distribuée par l’association Vivarmor nature. Un simple double décimètre peut aussi faire l’affaire ». Idem du côté des quantités. « On voit des gens ramasser des grappes complètes de moules pour n’en récupérer au final que deux ou trois. Il est plus simple de ramasser les bonnes tailles tout de suite et même de les nettoyer sur place. Ainsi on revient avec un seau prêt à être cuisiné ». 3. Les tailles et les quantités. On a droit (si l’on y arrive) à 500 bigorneaux, 100 bulots de 4,5o cm, 100 clams, cinq douzaines de couteaux de 10 cm, 300 coques de 3 cm, 100 macres de 2,50 cm, cinq douzaines d’huîtres plates de 6 cm
ou creuses de 5 cm, 300 moules de 4 cm, 150 palourdes de 4 cm, sauf les palourdes rouges qui devront, elles, atteindre 6 cm, 100 praires de 4,30 cm, 100 pétoncles de 4 cm, 100 vénus de 2,80 cm, 100 vernis de 6 cm et même 1 kg de vers marins pour aller à la pêche. Pour les crustacés, pas de restrictions autres que la taille : crevettes, 3 cm ; bouquet, 5 cm ; étrilles, 6,50 cm ; homards, 8,70 cm (à mesurer de la ligne arrière des yeux à la base du coffre) ; tourteau, 14 cm (à mesurer sur la largeur du corps). 4. Ce qui est interdit à la pêche en été. C’est le moment de la reproduction pour ces espèces et certaines comme l’ormeau sont très protégées. Donc pas d’amandes de mer, de coquilles saint-jacques (jusqu’au 30 septembre), de tellines (jusqu’au 1er septembre), d’ormeaux (jusqu’au 1er septembre) ni d’oursins. 5. Les outils et les méthodes.
« Il n’y avait aucune règle auparavant. ça allait du croc à fumier jusqu’au râteau de 50 cm de large », se souvient Jean Quinquis. Désormais plus question que les gens labourent la grève. « Le râteau démoli tout, et souvent ça ne sert à rien, poursuit-il. Il suffit de savoir regarder, par exemple le petit jet de la praire quand on tapote ou que l’on marche à côté. Le petit crochet à deux dents est idéal ». Les engins suivants sont autorisés (avec taille maximum) : binette (15 cm de large), couteau (20 cm de long), croc ou crochet (1,50 m de long en tout), cuillère, gouge à couteaux, marteau et burin, épuisette (16 mm de maillage), fourche (20 cm de long), grappin à oursins, griffe (10 cm), râteau (35 cm de large). 6. Remettre en place les cailloux et les rochers. « Après avoir regardé ce qui nous intéresse,

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP