25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement
Accueil > Actualités de la mer > Greffe. L’hémoglobine du ver marin bientôt testée sur le rein humain

Greffe. L’hémoglobine du ver marin bientôt testée sur le rein humain

Dernière mise à jour le mercredi 22 avril 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 21 Avril 2015
Visualiser l’article original



Du sang de ver marin pourrait bientôt offrir une réserve d’oxygène aux organes prélevés en vue d’une greffe.
Une recherche, pilotée par un néphrologue du CHRU de Brest, devrait démarrer en mai.
Il ne manque plus que le feu vert de l’Agence nationale de sécurité du médicament. « Ce sera une première mondiale. L’hémoglobine de l’arénicole, un ver marin, n’a encore jamais été testée sur les organes humains.
Ce projet hospitalier de recherche clinique (PHRC) a obtenu un financement national de 647.900 €. L’étude, dirigée de Brest, va être menée dans six centres français de transplantation rénale en même temps : Brest, Poitiers, Tours, Limoges, Lyon et Paris, à La Pitié-Salpêtrière », précise le professeur Yannick Le Meur, néphrologue au CHRU de Brest, qui va piloter l’étude prévue sur une année.
Mieux oxygéné et conservé Chaque équipe va placer une partie des reins prélevés dans la solution classique de conservation, à laquelle il sera ajouté ce produit issu du monde marin baptisé HEMO2Life. Objectif : assurer une oxygénation de l’organe pour une meilleure conservation et préservation de ses fonctions.
L’histoire du sang de ver marin mérite d’être racontée. Au milieu des années 90, un scientifique du CNRS de Roscoff, Franck Zal, s’interroge sur la capacité étonnante de l’arénicole à survivre à marée basse, sans apport d’oxygène, alors qu’il est enfoui dans le sable. L’hémoglobine de ce ver marin est un remarquable transporteur d’oxygène en très grande quantité.
Les propriétés de cette hémoglobine se sont avérées si intéressantes que Franck Zal a créé sa start-up, Hemarina. L’HEMO2Life a déjà été testée, avec succès, sur des petits animaux et pour la conservation d’organes de porc, dans un laboratoire Inserm de Poitiers.

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP