17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres
Accueil > Actualités de la mer > Gros temps. Le poisson se fait désirer 18 février 2014

Gros temps. Le poisson se fait désirer 18 février 2014

Dernière mise à jour le mardi 18 février 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 18 Fevrier 2014
Visualiser l’article original


Cloués au port, les bateaux n’ont quasiment pas pêché depuis la fin décembre. Criées, poissonneries et restaurateurs commencent à tirer la langue avec des apports en chute libre, sur fond d’étals ou de cartes bien obligés de s’adapter.
Des hivers pourris, on en a eu. Mais une aussi longue série de coups de vent, aussi rapprochés à raison d’un tous les deux ou trois jours, c’est du jamais vu de mémoire de marins et de professionnels du poisson. C’est la loi du marché. Le prix du poisson monte inexorablement, quand les bateaux restent à quai. Logique : ce qui est rare devient cher ! Surtout la pêche côtière et les espèces nobles, qui prennent jusqu’à 30 % de leur valeur habituelle. « Encore faut-il réussir à en trouver », observent les poissonniers, lassés d’une situation qui dure.

Tendu depuis dix jours

Une aussi longue période de disette, Jean-René Cadalen (Brest marée), poissonnier depuis cinq générations, dit ne pas en avoir connu. En général, ça se calme après un coup de vent et les bateaux peuvent partir dans un trou de souris. Cette année, point de répit sur le front des dépressions et de la houle qui reste formée au large. « On s’est débrouillé autour des fêtes, on a réussi à s’approvisionner en janvier mais la partie est plus difficile depuis une dizaine de jours », reconnaissent les poissonniers qui font bonne figure avec du poisson du large et d’importation. Mais avec la fin du très gros temps, les bateaux repartent progressivement vers leurs lieux de pêche. La vente à la criée d’hier, à Brest, augurait une timide reprise, avec des cours plutôt dans la moyenne haute, mais sans excès (13 € le bar de filet, 6,50 € le lieu jaune). Du côté des coquillages, la Saint-Jacques de la rade brille cette année par son absence, alors que le pétoncle noir continue d’affluer en force, au remarquable cours de 7 € le kilo.

Trouver des alternatives

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP