20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Guerre de la coquille franco-britannique : peu de riposte possible selon le (...)

Guerre de la coquille franco-britannique : peu de riposte possible selon le ministère

Dernière mise à jour le mardi 16 octobre 2012

Article paru
sur le site "Agrisalon http://www.agrisalon.com/fr/index.html" - mercredi 10 octobre 2012
Visualiser l’article original


La France ne peut empêcher les navires britanniques de ramasser les coquilles Saint-Jacques près de ses côtes, malgré le souhait des pêcheurs de la Manche qui leur reprochent de ponctionner la ressource, ont indiqué les responsables ministériels mercredi à l’Afp.

« Le seul outil européen sur la coquille Saint-Jacques concerne sa taille minimale de 11 cm : tant qu’ils la respectent, il n’y a aucun moyen réglementaire d’empêcher les Britanniques de pêcher en baie de Seine notamment », explique un expert au ministère aux Transports et à la Pêche.

Les pêcheurs réclamaient, à titre conservatoire, une fermeture de la pêche jusqu’à fin novembre au sud d’une ligne qui irait de Barfleur (Manche) au Cap d’Antifer (Haute-Normandie). Pour le président de la commission "Coquillages" du comité national des pêches, Paul Françoise, il s’agirait d’une « mesure d’urgence » pour préserver la ressource.

Réglementation différente des deux cotés de la Manche

Lundi, une confrontation tendue en mer entre marins français et britanniques a failli dégénérer, alors que les premiers sont soumis à des quotas (3.500 t cette année selon l’Ifremer, en baisse de 1.000 t). En plus, la pêche n’a ouvert du côté français que le 1er octobre alors que les Britanniques pêchent depuis le 1er août, et leurs bateaux mesurent facilement 30 à 35 mètres de long contre une quinzaine environ pour les bateaux français, fait valoir Paul Françoise.

« La réglementation française est plus vertueuse. Les Français sont soumis à davantage de contrôles et à des quotas. Mais la seule chose que nous pouvons faire légalement, c’est vérifier la taille réglementaire des prises » à bord des navires anglais et écossais, indique-t-on au ministère.

La situation est d’autant plus tendue, estime cette source, que les pêcheurs français sont confrontés à la fermeture de certains gisements affectés par la toxine Asp, ou toxine amnésiante (Amnesic shellfish poison). Alors que les Iles Britanniques, l’Ecosse en particulier, sont équipées pour nettoyer les coquilles et les débarrasser de cette toxine qui les rend impropres à la consommation.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP