19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !
Accueil > Actualités de la mer > Halles à marée. Comment internet valorise le poisson

Halles à marée. Comment internet valorise le poisson

Dernière mise à jour le lundi 23 octobre 2017

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 20 Octobre 2017
Visualiser l’article original


Les halles à marée poursuivent leur modernisation. En améliorant leur système d’information et les ventes à distance, elles souhaitent contribuer à une meilleure valorisation du poisson.

En quelques années, le circuit traditionnel de commercialisation du poisson a fondamentalement évolué. On est très loin des criées traditionnelles.

Rencontré hier sur le salon Itechmer de Lorient, Jérôme Lafon, délégué pêche à France Agrimer, en souligne les principaux changements : « Tout d’abord, l’ouverture des criées depuis 2013 à de nouveaux acteurs, dont les poissonniers et les restaurateurs, a créé des nouveaux besoins et donc de nouvelles manières de travailler en aval. Ensuite, les nouvelles technologies ont permis de réaliser les achats à distance, via des plateformes de vente très accessibles et fiables. Ce qui intéresse tous les maillons de la chaîne. »

Le Finistérien Christophe Hamel, président des responsables de halles à marée constate, pour sa part, que « dans les 34 criées et halles à marées françaises, 60 % des ventes se font via internet. Surtout sur le secteur Normandie-Bretagne, où le taux monte à 75 % en raison des pêches hauturières qui autorisent des offres régulières. Sur la façade Atlantique, on n’en est encore qu’à 40 %. Et en Méditerranée, on tombe à 12 % en raison de la typologie des acteurs dont be

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP