18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"10 août : Requin-pèlerin. Toujours bien mystérieux9 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"8 août : Le Chili devient le premier pays d’Amérique latine à interdire les sacs en plastique8 août : Alimentation. Manger des algues n’est pas si bon pour la santé 6 août : Des raies dangereuses se rapprochent des côtes françaises
Accueil > Actualités de la mer > Halles à marée. Comment internet valorise le poisson

Halles à marée. Comment internet valorise le poisson

Dernière mise à jour le lundi 23 octobre 2017

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 20 Octobre 2017
Visualiser l’article original


Les halles à marée poursuivent leur modernisation. En améliorant leur système d’information et les ventes à distance, elles souhaitent contribuer à une meilleure valorisation du poisson.

En quelques années, le circuit traditionnel de commercialisation du poisson a fondamentalement évolué. On est très loin des criées traditionnelles.

Rencontré hier sur le salon Itechmer de Lorient, Jérôme Lafon, délégué pêche à France Agrimer, en souligne les principaux changements : « Tout d’abord, l’ouverture des criées depuis 2013 à de nouveaux acteurs, dont les poissonniers et les restaurateurs, a créé des nouveaux besoins et donc de nouvelles manières de travailler en aval. Ensuite, les nouvelles technologies ont permis de réaliser les achats à distance, via des plateformes de vente très accessibles et fiables. Ce qui intéresse tous les maillons de la chaîne. »

Le Finistérien Christophe Hamel, président des responsables de halles à marée constate, pour sa part, que « dans les 34 criées et halles à marées françaises, 60 % des ventes se font via internet. Surtout sur le secteur Normandie-Bretagne, où le taux monte à 75 % en raison des pêches hauturières qui autorisent des offres régulières. Sur la façade Atlantique, on n’en est encore qu’à 40 %. Et en Méditerranée, on tombe à 12 % en raison de la typologie des acteurs dont be

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP