21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"10 août : Requin-pèlerin. Toujours bien mystérieux9 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"8 août : Le Chili devient le premier pays d’Amérique latine à interdire les sacs en plastique8 août : Alimentation. Manger des algues n’est pas si bon pour la santé
Accueil > Actualités de la mer > Hillion. Profession, chasseur de goélands

Hillion. Profession, chasseur de goélands

Dernière mise à jour le lundi 1er avril 2013

Article paru
sur le site "Télégramme" - 28 Mars 2013
Visualiser l’article original


Il n’aime pas la chasse et ne prend aucun plaisir à tuer. Pourtant, depuis onze ans, Pascal Pihan est gardien de parcs à moules, salarié par les mytiliculteurs de la baie. Sa mission : empêcher les goélands de faire un carnage au milieu des naissains de moules. Quitte à tuer...

C’est une histoire qui débute en 2002, par un rendez-vous chez... le podologue. Amoureux de la mer, comme son patient qu’il connaît depuis l’enfance, le praticien livre ce jour-là à Pascal Pihan une information qui va changer le cours de sa vie : les mytiliculteurs de la baie de Saint-Brieuc cherchent un nouveau gardien pour leurs parcs à moules. Passionné de navigation, l’ancien pêcheur de Terre-Neuve (qui fut aussi militaire, agent de sécurité, coursier, déménageur, vendeur de crêpes et de galettes et même salarié d’un bowling) n’hésite pas très longtemps et décide de répondre à l’appel de la mer. Même s’il ne sait pas trop ce qui l’attend.

Dix-sept ans sans chasser

« Je me suis présenté là-bas sans vraiment savoir en quoi consistait ce travail de gardien. Les seuls critères, c’était d’être détenteur du permis bateau et de posséder son propre matériel », se souvient Pascal Pihan. Ses futurs employeurs demandent également au quadragénaire s’il dispose du droit de chasse. Il répond par l’affirmative. « J’avais passé mon permis en 1983 mais j’avais arrêté deux ans plus tard parce que ça ne m’intéressait pas du tout. » Quelques jours plus tard, Pascal Pihan démarre donc dans sa nouvelle activité. Son rôle : préserver les moules de leurs principaux prédateurs : les macreuses (qu’il effarouche avec son bateau, de novembre à mars) mais, surtout, les goélands argentés.

Entre 50 % et 70 % de la récolte peut disparaître

Du 1er juin au 31 octobre, le gardien prend le volant de son tracteur, son bateau accroché à l’arrière, direction les bouchots. Là, il guette les volatiles marins à bord de son embarcation. Car les goélands, dès que la mer se retire, se jettent affamés sur les pieux recouverts de moules. « Si on les laisse faire, ils peuvent manger entre 50 % et 70 % de la récolte. »

Le goéland, c’est le voleur

Leur proie ? Les larves et les toutes petites moules, dont la taille n’excède pas 1,5 cm. « Ils les avalent entièrement », livre Pascal Pihan. Pour éviter ce festin, le gardien des bouchots slalome entre les rangs de pieux avant, parfois, de tirer et de tuer. « Après, j’ai du mal à les regarder dans le bateau. Je n’aime pas abattre les animaux », poursuit le chasseur, très souvent interpellé lorsqu’il parle de son travail. « On me dit que ce que je fais est dégueulasse. Mais le goéland, c’est un véritable fléau pour les mytiliculteurs. De plus, je ne suis absolument pas un fou de la gâchette ».

Pas le droit de tuer plus de 100 goélands par an

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP