13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Huître creuse. La sauvage gagne du terrain

Huître creuse. La sauvage gagne du terrain

Dernière mise à jour le lundi 27 mars 2017

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 25 Mars 2017
Visualiser l’article original


Elle a colonisé la plupart des grèves de la rade de Brest. Importée du Japon dans les années 70, l’huître creuse s’est étendue bien au-delà des parcs ostréicoles. La Gigas à l’état sauvage fait aujourd’hui partie du paysage côtier breton. Pour le plus grand bonheur des pêcheurs à pied.

L’augmentation de la température de l’eau a favorisé son développement. Rapportée du Pacifique dans les années 70, afin de pallier la disparition de l’huître creuse portugaise (décimée autour de 1968), la Crassostrea Gigas a proliféré par le sud de la Bretagne avant de gagner la rade de Brest, en essaimant à partir des parcs ostréicoles.
En 2007, on estimait son stock naturel en rade de Brest autour de 10.000 t (entre 5.000 et 6.000 t entre 1995 et 2005). « L’huître sauvage est ainsi devenue, en moins de 40 ans, l’espèce la plus représentée de la rade de Brest », rapporte Stéphane Pouvreau, du laboratoire de physiologie des invertébrés pour Ifremer (Argenton). Elle aurait détrôné la crépidule et toutes les autres espèces locales.

Elle trouve en rade de Brest de la nourriture en abondance et une température idéale pour la libération de ses larves en été (une eau à plus de 18 degrés. Le nord de la rade aux eaux plus fraîches en accueille moins sur ses grèves). La Gigas s’est développée jusqu’en Hollande et a même atteint, en 2008, le sud de la Norvège !
Irrégulières et dentelées

En Bretagne, seule la côte du Finistère nord et les abers en sont épargnés à l’état sauvage ; l’eau fraîche (jusqu’à 17 º l’été) excluant, pour le moment, toute reproduction. Partout ailleurs, dans les eaux peu profondes, elles se fixent sur les cailloux et se développent en récifs dans les rivières et rias.

Ces huîtres sauvages font le bonheur des pêcheurs à pied qui sont de plus en plus nombreux à les consommer.

.../...

Lire l’article complet …


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP