20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Huître plate. Porscave sonne la reconquête

Huître plate. Porscave sonne la reconquête

Dernière mise à jour le lundi 15 janvier 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 13 Janvier 2018
Visualiser l’article original


La sauvegarde de l’huître plate bretonne est en marche. Alors que les gisements naturels s’épuisent inexorablement, les professionnels ont décidé d’investir dans une nurserie, inaugurée hier à Lampaul-Plouarzel. Premiers résultats dans une demi-douzaine d’années.

Forte mortalité de l’huître creuse. Appauvrissement progressif, voir disparition des gisements naturels d’huîtres plates autour de la Bretagne. Le Comité régional de la conchyliculture Bretagne Nord a décidé de mener la bataille contre la disparition de la plate, l’huître originelle de nos côtes. Avant l’arrivée forcée de la Gigas (la creuse) dans les années 70, l’huître plate régnait en abondance sur les gisements de la baie de Saint-Brieuc, de la rade de Brest et baies de Quiberon ou du Mont-Saint-Michel. Elle faisait le bonheur des pêcheurs qui la ponctionnaient jusqu’à 30.000 tonnes par an, en Bretagne.

Aujourd’hui, le tonnage d’huîtres plates bretonnes s’est péniblement effondré à un millier de tonnes. C’est dire l’état de la ressource naturelle et des gisements parfois complètement dénudés... Pour ne rien arranger, les gisements de la rade de Brest ont subi l’année dernière une mortalité toujours pas expliquée. Au final, ce projet mûri depuis près de dix ans tombe à point nommé pour tenter de faire redémarrer une espèce endémique que l’huître creuse n’a pas réussi à faire oublier.

Situé à l’entrée de l’Aber Ildut, Le Centre technique conchylicole de Porscave a pour objectif de repeupler les gisements en libérant les jeunes huîtres issues de géniteurs rigoureusement sélectionnés. Mais avant de fournir des huîtres plates propres à la consommation, le centre technique travaille à identifier des géniteurs capables de produire de jeunes huîtres résistant aux redoutables parasites Bonamia et Martelia.
Sélection des géniteurs

Pas de modification génétique en perspective. Rien qu’une sélection des géniteurs les plus à même de fournir les huîtres les plus résistantes en milieu naturel. La diversité génétique ne sera pas oubliée dans ce programme d’identification de plusieurs centaines de familles capables d’aider à la remontée des gisements bretons. La première étape consiste à faire se reproduire les couples en notant précisément leur origine (rade de Brest ou Cancale).

…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP