22 février : Mer. La petite pêche s’estime oubliée21 février : L’Hermione. Cap au sud pour un périple francophone 20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Huîtres. Étonnante surproduction

Huîtres. Étonnante surproduction

Dernière mise à jour le lundi 30 mars 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 29 Mars 2015
Visualiser l’article original



Après avoir craint pour le devenir de l’huître creuse, les ostréiculteurs se retrouvent, depuis l’automne, en situation de surproduction.
Les prix commencent à s’effondrer. Comment réguler à l’avenir les volumes de production ? Les débats sont animés. En attendant, une campagne de promotion des « huîtres de Pâques » est prévue, afin d’écouler les stocks.
Bon appétit ! Les parcs et bassins sont encore pleins. La filière se serait-elle laissée surprendre ? Début mars, le Comité (informel) de survie de l’ostréiculture a tiré la sonnette d’alarme : « L’heure est grave. Des centaines de tonnes d’huîtres creuses sont invendues. Personne n’en veut ! ».
Ostréiculteur traditionnel de la rivière d’Étel, Jean-Noël Yvon estime les stocks à « près de 30.000 tonnes d’huîtres creuses sur un total annuel de plus de 100.000 tonnes ». « La situation est connue depuis la fin de l’été et s’est trouvée confirmée à Noël », rappelle Renan Henry (Saint-Philibert), porte-parole du comité de survie.
Le consommateur a rogné sur ses dépenses à Noël. Alors que les ostréiculteurs écoulent habituellement 60 à 80 % de leur production pendant les fêtes de fin d’année. « Pourtant, aucune campagne de promotion n’a été lancée, depuis, par les comités régionaux de la conchyliculture pour relancer la consommation. » La nouvelle est en tout cas surprenante pour le consommateur à qui l’on assène, depuis quelques années, que les prix élevés (jusqu’à 9 € le kg de nº3) se justifient par la raréfaction des creuses.
Une production tous azimuts mal maîtrisée Depuis l’apparition d’un virus (non transmissible à l’homme) qui a décimé les juvéniles d’huîtres creuses en 2008, les professionnels ont cherché des solutions alternatives. Mais en ordre dispersé. Certains se sont mis en quête de sites non contaminés en France, mais aussi en Irlande, à Jersey et au Portugal (+ 30.000 tonnes en 2014). Quelques-uns sont même allés chercher du naissain naturel résistant au Japon… juste avant la catastrophe de Fukushima.
Les tenants de l’huître naturelle ont multiplié les collecteurs de naissain sur le littoral… sept fois plus nombreux aujourd’hui. De nouvelles écloseries ont ouvert leurs portes tandis que les plus anciennes agrandissaient leurs installations. Indirectement encouragées les unes et les autres par les aides aux ostréiculteurs : les « calamités agricoles » compensaient la mortalité du naissain même en écloserie. Et indirectement encore par Ifremer qui mettait en avant la sécurité sanitaire du naissain d’écloserie.
Aujourd’hui, le taux de surmortalité des jeunes huîtres, voire même des huîtres adultes (phénomène plus récent), reste très élevé. Et pourtant, il y a encore trop d’huîtres sur le marché. La solution passera-t-elle par l’« huître de Pâques » ?

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/bretagne/huitres-etonnante-surproduction-29-03-2015-10575153.php

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP