20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Huîtres. Une profession en danger

Huîtres. Une profession en danger

Dernière mise à jour le vendredi 14 décembre 2012

Article paru sur le site "Le Télégramme"
- 13 décembre 2012
Visualiser l’article original


Avec un taux élevé de mortalité dans les parcs à huîtres et des prix de naissains à la hausse, plusieurs ostréiculteurs ont le couteau sous la gorge. Certains sont mêmes contraints de passer la main.

« Ce n’est pas la joie, soupire le Carantécois Alain Morvan, président du syndicat ostréicole de la baie de Morlaix. En moins d’un an, quatre ostréiculteurs vont arrêter. Ça fait beaucoup ». La baie de Morlaix compte actuellement 21 entreprises ostréicoles. Depuis 2008, un mal mystérieux tue entre 60% et 100% des productions. Une surmortalité qui serait en grande partie liée à la présence de l’herpès virus OsHV-1. On sait aussi que les ostréiculteurs du pays de Morlaix vont chercher les naissains dans le bassin d’Arcachon, en vue d’assurer ensuite la croissance des huîtres dans les eaux de la baie. La surmortalité ayant aussi touché les naissains, ceux-ci ont vu leur prix grimper en flèche. « Et comme on est tributaire décès naissains, c’est dur financièrement pour nous et c’est tout bénef’ pour les Sudistes », peste cet ostréiculteur de la baie.

Baisse des ventes de 50% en dix ans

Surmortalité d’un côté et hausse des coûts des naissains de l’autre : voilà pourquoi certains ostréiculteurs perdent de l’argent et ne peuvent pas faire autrement que de céder leur affaire. « C’est énervant devoir notre baie achetée par des Vendéens ou des Charentais », déplore Alain Morvan. Celui-ci a constaté une baisse de la commercialisation d’huîtres de 20% en un an et de 50% endix ans. « Il y a dix ans, je pleurais pour placer mes huîtres et, maintenant, ce sont les clients qui pleurent pour en avoir ».

« Des huîtres au top »

« On fait le nécessaire pour qu’il y ait des huîtres à Noël et ce que je peux certifier, c’est qu’elles sont au top, assure l’ostréiculteur carantécois. Le coup de froid nous a fait du bien. Les huîtres de la baie de Morlaix sont excellentes et les tarifs affichés sont stables ». Pour faire face à la surmortalité, beaucoup réclament l’importation d’une souche. « La seule souche qui résisterait proviendrait du Japon, tout près de Fukushima où il y a eu la catastrophe nucléaire... Aujourd’hui, c’est la France qui exporte des huîtres au Japon », annonce le président du syndicat.

« L’avenir n’est pas brillant »

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP