20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure
Accueil > Actualités de la mer > Huîtres : le Japon reconquiert difficilement ses consommateurs

Huîtres : le Japon reconquiert difficilement ses consommateurs

Dernière mise à jour le jeudi 13 septembre 2012

Article paru
sur le site "Ouest France entreprises" - jeudi 13 septembre 2012
Visualiser l’article original


Tsunami, radioactivité, les ostréiculteurs nippons ont tout perdu. Dans la région d’Iwaté ils se battent pour relancer la production et rassurer les consommateurs.
« Quatre cinquième de nos installations ont été détruites. » Comme beaucoup de ses collègues, Masanori Hatakeyama a pris de plein fouet le tremblement de terre suivi d’un gigantesque tsunami le 11 mars 2011. « Par endroits, le sol s’est effondré d’un mètre. Notre région comptait 900 bateaux de pêche, il en reste 150. » Pour les aider à redémarrer, la solidarité s’est organisée en France.

« Nous avons pu leur expédier des vêtements de travail », explique Denis Bailly de l’Université de Bretagne Ouest. Patrice Mulot, entrepreneur en machine ostréicole de Charente, s’est mobilisé pour leur fournir les kilomètres de cordages nécessaires aux captages de naissains. Une forme de renvoi d’ascenseur. Lors de la crise de l’huître en France des années 1970, ce sont des naissains japonais qui ont permis de redémarrer.

Les consommateurs doutent

Une opération que voulait renouveler le Comité national de la conchyliculture avant que le tremblement de terre ne survienne. Pas certain toutefois, que la manipulation ait été concluante. « Les Japonais aussi sont confrontés à des surmortalités, mais à cause d’autres virus. Un risque de contagion aurait pu se produire », souligne Denis Bailly. Au pays du soleil levant, la poignée d’irréductibles d’Iwaté, dans le nord de l’île d’Honshu, s’est sentie bien seule. En effet, la population n’était pas enthousiasmée par l’idée de se réinstaller au bord de l’océan.

La délégation venue au salon de la conchyliculture de Vannes s’est intéressée au modèle de commercialisation des huîtres. « Chez nous, la chair crue est vendue à la louche ou panée frite » explique Masanori Hatakeyama. Condamnés dans l’immédiat à produire moins, les Japonais veulent donc mieux valoriser leurs produits. Mais un autre fléau les guette : la radioactivité dispersée largement par les réacteurs accidentés de Fukushima. « Les contrôles effectués régulièrement indiquent que nos produits de la mer ne sont pas contaminés. » Mais les consommateurs japonais en doutent et les ventes sont au plus bas.
Jean-Pierre BUISSON
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP