20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Huîtres : le Japon reconquiert difficilement ses consommateurs

Huîtres : le Japon reconquiert difficilement ses consommateurs

Dernière mise à jour le jeudi 13 septembre 2012

Article paru
sur le site "Ouest France entreprises" - jeudi 13 septembre 2012
Visualiser l’article original


Tsunami, radioactivité, les ostréiculteurs nippons ont tout perdu. Dans la région d’Iwaté ils se battent pour relancer la production et rassurer les consommateurs.
« Quatre cinquième de nos installations ont été détruites. » Comme beaucoup de ses collègues, Masanori Hatakeyama a pris de plein fouet le tremblement de terre suivi d’un gigantesque tsunami le 11 mars 2011. « Par endroits, le sol s’est effondré d’un mètre. Notre région comptait 900 bateaux de pêche, il en reste 150. » Pour les aider à redémarrer, la solidarité s’est organisée en France.

« Nous avons pu leur expédier des vêtements de travail », explique Denis Bailly de l’Université de Bretagne Ouest. Patrice Mulot, entrepreneur en machine ostréicole de Charente, s’est mobilisé pour leur fournir les kilomètres de cordages nécessaires aux captages de naissains. Une forme de renvoi d’ascenseur. Lors de la crise de l’huître en France des années 1970, ce sont des naissains japonais qui ont permis de redémarrer.

Les consommateurs doutent

Une opération que voulait renouveler le Comité national de la conchyliculture avant que le tremblement de terre ne survienne. Pas certain toutefois, que la manipulation ait été concluante. « Les Japonais aussi sont confrontés à des surmortalités, mais à cause d’autres virus. Un risque de contagion aurait pu se produire », souligne Denis Bailly. Au pays du soleil levant, la poignée d’irréductibles d’Iwaté, dans le nord de l’île d’Honshu, s’est sentie bien seule. En effet, la population n’était pas enthousiasmée par l’idée de se réinstaller au bord de l’océan.

La délégation venue au salon de la conchyliculture de Vannes s’est intéressée au modèle de commercialisation des huîtres. « Chez nous, la chair crue est vendue à la louche ou panée frite » explique Masanori Hatakeyama. Condamnés dans l’immédiat à produire moins, les Japonais veulent donc mieux valoriser leurs produits. Mais un autre fléau les guette : la radioactivité dispersée largement par les réacteurs accidentés de Fukushima. « Les contrôles effectués régulièrement indiquent que nos produits de la mer ne sont pas contaminés. » Mais les consommateurs japonais en doutent et les ventes sont au plus bas.
Jean-Pierre BUISSON
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP