15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare
Accueil > Actualités de la mer > Huîtres, moules. À leur chevet depuis Morlaix

Huîtres, moules. À leur chevet depuis Morlaix

Dernière mise à jour le mardi 22 décembre 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 17 Décembre 2015
Visualiser l’article original


C’est depuis ses locaux morlaisiens que travaille l’équipe du comité régional.
Dans les locaux du comité régional de la conchyliculture, situés près du Pouliet, le président et six salariés ont pour mission la défense des intérêts des entreprises ostréicoles et mytilicoles du nord de la Bretagne. Ils tentent, notamment, de trouver des solutions à la mortalité qui frappe les huîtres. Pour autant, s’il manquera la quantité, la qualité devrait être au rendez-vous pour ces fêtes de fin d’année.

Un comité régional, pour quoi faire ?
Les comités conchylicoles sont obligatoires là où il y a des coquillages d’élevage (huîtres, moules, coques, ormeaux, praires, palourdes...). C’est le cas en Bretagne, où il existe deux structures régionales, à Morlaix et à Auray. « Nous représentons les producteurs, défendons les intérêts des entreprises, leur apportons des conseils techniques... », renseigne Goulven Brest, à la tête de la section qui oeuvre sur la Bretagne Nord, à partir de la rade de Brest jusqu’à Saint-Malo.

Pourquoi est-il situé à Morlaix ?
« Historiquement, il a toujours été ici, répond le président. Mais vous dire pourquoi... ». Un temps situé chez un particulier, il a déménagé au bout de la rue de Paris, dans la rue du Parc-au-Duc, au début des années 90, dans les locaux occupés jusqu’alors par la Caisse d’Épargne. Après avoir acheté le rez-de-chaussée en 2007, le comité, également appelé Maison de la conchyliculture, occupe désormais un espace qui avoisine les 460 m².

Qui y travaille ?
Au total, le comité emploie 12 personnes, dont six sont sur le terrain (un docteur en biologie et des gardes sur les zones de production, de moules essentiellement). À Morlaix, ils sont également six salariés : une secrétaire générale, un secrétaire comptable, une personne qui gère le social et les droits du travail, ainsi que trois ingénieurs en charge du contrôle qualité, de l’animation, du montage des dossiers et des affaires sanitaires et environnementales. Depuis 23 ans, le comité est présidé par Goulven Brest, patron d’un atelier ostréicole à Locquénolé. « Mais je n’y travaille plus, je suis ici à plein-temps », indique-t-il.

L’huître est-elle toujours malade ?

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP