18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Actualités de la mer > Huîtres : une nouvelle bactérie tueuse dans les parcs

Huîtres : une nouvelle bactérie tueuse dans les parcs

Dernière mise à jour le mardi 8 octobre 2013

Article paru
sur le site "Sud Ouest" - 04 octobre 2013
Visualiser l’article original



Son nom : Vibrio estuarianus. C’est le nom du nouveau fléau ostréicole. Une bactérie que les scientifiques ont identifiée dans leurs éprouvettes dès 2002 et qu’ils retrouvent aujourd’hui dans 100 % des lots d’huîtres adultes japonaises qui arrivent mortes sur leurs paillasses.

Alors que les ostréiculteurs ne sont toujours pas sortis de la crise des surmortalités du cheptel juvénile qui les accable depuis 2008, voici qu’aujourd’hui, leurs huîtres de taille marchande, celles qu’ils préparaient pour les ventes de cette fin d’année, des lots de 3 ans d’âge en général, bâillent au soleil. « Il suffit de les manipuler, de brasser les poches, le simple fait même de les ramener à la cabane, et elles crèvent », exprime cette ostréicultrice de La Tremblade, en Charente-Maritime.

Mortalité d’huîtres juvéniles, mortalité d’huîtres adultes : aucune ne présente de risque pour le consommateur qui achète les produits survivants ; le danger est pour l’équilibre des entreprises conchylicoles, qui, dans le cas des huîtres adultes, vont se trouver amputées d’un chiffre d’affaires immédiat.

La gangrène a commencé ses ravages au seuil de l’été, et elle ne paraît pas jugulée. Aucun des centres de production français - Marennes-Oléron et Arcachon n’échappent pas à la terrifiante logique - n’est en marge du phénomène qui frappe les parcs de finition, ceux où l’éleveur pose ses huîtres pour les engraisser avant la vente, de manière très hétérogène.

En Charente-Maritime, la Direction des territoires et de la mer a tenté d’évaluer l’ampleur du phénomène. 142 concessions, du nord au sud du département, ont été visitées lors des dernières grandes marées, et jusqu’à la semaine passée, au fil de 22 sorties sur l’estran. Le bilan ? « C’est la crise du désespoir, commente le député Didier Quentin, qui suit de près les dossiers conchylicoles. Cela fait des années que j’entends les difficultés de la profession. Mais j’ai l’impression que, cette fois, c’est d’une gravité tout à fait exceptionnelle. » Et, de fait, les contrôles de l’administration ont relevé des variations de 1 à 90 % de pertes suivant les parcs. Autre pourvoyeur d’informations techniques, le Centre régional d’expérimentation et d’application aquacole du Château-d’Oléron, dans les 11 parcs tests de son observatoire conchylicole et les lots d’huîtres, avec une moyenne approchant les 25 % pour l’ensemble.

Quand elle se retourne vers l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), la profession exige - fermement pour une part des ostréiculteurs - des réponses. Pourquoi ce phénomène ? Le président du Comité régional conchylicole et président national des conchyliculteurs, Gérald Viaud, incite au calme, soupesant toute la difficulté pour les chercheurs d’avancer sur le terrain de la connaissance de phénomènes nouveaux et complexes.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP