17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses
Accueil > Actualités de la mer > Hydrates de méthane, l’énergie du futur ?

Hydrates de méthane, l’énergie du futur ?

Dernière mise à jour le jeudi 13 décembre 2012

Article paru sur le site "Journal du net"
- 11 décembre 2012
Visualiser l’article original


Céline Deluzarche JDN

Cette sorte de glace qui prend feu contient d’énormes quantités d’énergie. De nombreux pays tentent d’exploiter cette manne.

Alors que le gaz de schiste bouleverse depuis quelques années le secteur de l’énergie, certains réfléchissent déjà à la prochaine étape : les hydrates de méthane. Une sorte de glace qui brûle en libérant une quantité phénoménale d’énergie. En fondant, le glaçon fournit 164 fois son volume en méthane. Pour Steve Kirby, un chercheur de l’US Geological Survey (USGS), "les hydrates de méthane pourraient être la plus grosse source d’énergie du siècle à venir". Les estimations ont en effet de quoi faire tourner la tête : le volume de carbone contenu dans cette glace serait équivalent à deux fois celui de toutes les énergies fossiles actuelles (gaz, pétrole et charbon), soit 10 000 milliards de tonnes.

Les hydrates de méthane se forment quand du méthane est en présence d’eau, si la température est basse et la pression élevée (par exemple à de grandes profondeurs). Les molécules d’eau emprisonnent alors le méthane sous forme de glace. Cette glace se trouve soit à terre sous un pergélisol (un sol gelé), soit en mer, à la bordure des continents. Et il y en aurait un peu partout : au Japon, au sud de l’Inde, sur les côtes américaines, en Méditerranée ou en Sibérie.
Autant dire que cette manne miraculeuse suscite l’intérêt de nombreux pays. Le Japon, qui estime que ses réserves pourraient couvrir 100 ans de consommation, est le plus avancé dans le domaine. La Japan Oil, Gas and Metals National Corporation (JOGMEC) mène depuis 1995 des recherches sur le sujet. Mais la seule exploitation actuelle se situe en Sibérie, à Messoyakha, où les Russes ont réussi dès les années 1970 à extraire ce gaz grâce à des conditions géologiques particulières. Aujourd’hui, la Chine, Taïwan, l’Inde, la Canada, les Etats-Unis ou l’Allemagne sont sur les rangs pour découvrir des gisements et développer de nouvelles technologies d’extraction.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP