10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > Hydrates de méthane, l’énergie du futur ?

Hydrates de méthane, l’énergie du futur ?

Dernière mise à jour le jeudi 13 décembre 2012

Article paru sur le site "Journal du net"
- 11 décembre 2012
Visualiser l’article original


Céline Deluzarche JDN

Cette sorte de glace qui prend feu contient d’énormes quantités d’énergie. De nombreux pays tentent d’exploiter cette manne.

Alors que le gaz de schiste bouleverse depuis quelques années le secteur de l’énergie, certains réfléchissent déjà à la prochaine étape : les hydrates de méthane. Une sorte de glace qui brûle en libérant une quantité phénoménale d’énergie. En fondant, le glaçon fournit 164 fois son volume en méthane. Pour Steve Kirby, un chercheur de l’US Geological Survey (USGS), "les hydrates de méthane pourraient être la plus grosse source d’énergie du siècle à venir". Les estimations ont en effet de quoi faire tourner la tête : le volume de carbone contenu dans cette glace serait équivalent à deux fois celui de toutes les énergies fossiles actuelles (gaz, pétrole et charbon), soit 10 000 milliards de tonnes.

Les hydrates de méthane se forment quand du méthane est en présence d’eau, si la température est basse et la pression élevée (par exemple à de grandes profondeurs). Les molécules d’eau emprisonnent alors le méthane sous forme de glace. Cette glace se trouve soit à terre sous un pergélisol (un sol gelé), soit en mer, à la bordure des continents. Et il y en aurait un peu partout : au Japon, au sud de l’Inde, sur les côtes américaines, en Méditerranée ou en Sibérie.
Autant dire que cette manne miraculeuse suscite l’intérêt de nombreux pays. Le Japon, qui estime que ses réserves pourraient couvrir 100 ans de consommation, est le plus avancé dans le domaine. La Japan Oil, Gas and Metals National Corporation (JOGMEC) mène depuis 1995 des recherches sur le sujet. Mais la seule exploitation actuelle se situe en Sibérie, à Messoyakha, où les Russes ont réussi dès les années 1970 à extraire ce gaz grâce à des conditions géologiques particulières. Aujourd’hui, la Chine, Taïwan, l’Inde, la Canada, les Etats-Unis ou l’Allemagne sont sur les rangs pour découvrir des gisements et développer de nouvelles technologies d’extraction.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP