19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Hydrates de méthane, l’énergie du futur ?

Hydrates de méthane, l’énergie du futur ?

Dernière mise à jour le jeudi 13 décembre 2012

Article paru sur le site "Journal du net"
- 11 décembre 2012
Visualiser l’article original


Céline Deluzarche JDN

Cette sorte de glace qui prend feu contient d’énormes quantités d’énergie. De nombreux pays tentent d’exploiter cette manne.

Alors que le gaz de schiste bouleverse depuis quelques années le secteur de l’énergie, certains réfléchissent déjà à la prochaine étape : les hydrates de méthane. Une sorte de glace qui brûle en libérant une quantité phénoménale d’énergie. En fondant, le glaçon fournit 164 fois son volume en méthane. Pour Steve Kirby, un chercheur de l’US Geological Survey (USGS), "les hydrates de méthane pourraient être la plus grosse source d’énergie du siècle à venir". Les estimations ont en effet de quoi faire tourner la tête : le volume de carbone contenu dans cette glace serait équivalent à deux fois celui de toutes les énergies fossiles actuelles (gaz, pétrole et charbon), soit 10 000 milliards de tonnes.

Les hydrates de méthane se forment quand du méthane est en présence d’eau, si la température est basse et la pression élevée (par exemple à de grandes profondeurs). Les molécules d’eau emprisonnent alors le méthane sous forme de glace. Cette glace se trouve soit à terre sous un pergélisol (un sol gelé), soit en mer, à la bordure des continents. Et il y en aurait un peu partout : au Japon, au sud de l’Inde, sur les côtes américaines, en Méditerranée ou en Sibérie.
Autant dire que cette manne miraculeuse suscite l’intérêt de nombreux pays. Le Japon, qui estime que ses réserves pourraient couvrir 100 ans de consommation, est le plus avancé dans le domaine. La Japan Oil, Gas and Metals National Corporation (JOGMEC) mène depuis 1995 des recherches sur le sujet. Mais la seule exploitation actuelle se situe en Sibérie, à Messoyakha, où les Russes ont réussi dès les années 1970 à extraire ce gaz grâce à des conditions géologiques particulières. Aujourd’hui, la Chine, Taïwan, l’Inde, la Canada, les Etats-Unis ou l’Allemagne sont sur les rangs pour découvrir des gisements et développer de nouvelles technologies d’extraction.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP