15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk
Accueil > Actualités de la mer > Hydrolien en production dès 2013

Hydrolien en production dès 2013

Dernière mise à jour le lundi 12 mars 2012

Article paru sur le site "Les Echos" - Mercredi 07 Mars 2012
Visualiser l’article original



Hydrolien en production dès 2013

Si la Grande-Bretagne possède déjà des prototypes produisant de l’électricité grâce aux courants marins, la France en est au stade des démonstrateurs. Certaines jeunes entreprises s’intéressent au marché des hydroliennes fluviales, par exemple dans la Garonne à Bordeaux, mais les grands industriels ciblent d’abord le potentiel de l’océan. A Paimpol-Bréhat (Côtes-d’Armor), EDF a déjà immergé une première turbine fournie par DCNS et OpenHydro. Trois autres devraient l’être cette année pour une production dès l’an prochain. Ces quatre machines de 16 mètres de diamètre auront une capacité de production de 2 MW et devraient permettre d’alimenter 2.500 clients. Sur le même site, Alstom va tester l’an prochain une turbine baptisée Orca, présentant un diamètre de 20 mètres avec une puissance de 1 MW.

Les industriels voient plus loin et regardent tous vers le raz Blanchard (Cotentin) qui, avec son courant de 5 mètres par seconde, est le site le plus prometteur en France et l’un des meilleurs dans le monde pour accueillir des centaines de machines, avec une puissance de « plusieurs gigawatts », estime Frédéric Le Lidec. Pour 2016, EDF Energies Nouvelles y a déjà un projet de 17 MW dans l’attente d’un financement européen. Avec une courbe d’apprentissage qui permet de faire baisser les prix. « Le projet de 2 MW de Paimpol -Bréhat coûte 40 millions ; le prochain projet, au Raz Blanchard sera déjà nettement plus compétitif, profitant à la fois d’un effet d’échelle, avec ses 17 MW, et de la R&D du premier projet », explique Xavier Ursat d’EDF.

Frank Niedercorn



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP