26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Il n’y aura plus de clapages de vases portuaires en baie de Quiberon

Il n’y aura plus de clapages de vases portuaires en baie de Quiberon

Dernière mise à jour le mercredi 29 février 2012

Article paru sur le site "Ouest-France" - Samedi 25 Février 2012
Visualiser l’article original



Il n’y aura plus de clapages de vases portuaires en baie de Quiberon

François Goulard vient de nouveau d’écrire au préfet pour lui indiquer qu’il s’engageait dès à présent à abandonner tout déversement de boues en baie de Quiberon.

Le dossier du dragage des ports de plaisance en Morbihan vient de prendre un nouveau tournant. Décisif sans doute. Après l’annonce de la suspension des opérations prévues à Port Haliguen (Quiberon) et Port-Crouesty (Arzon), le temps d’effectuer des études supplémentaires sur les vases et trouver des solutions de traitement à terre, le conseil général s’engage, d’ores et déjà, à ne plus « claper » en baie de Quiberon.

150 000 m3 devaient être déversés

Dans un premier temps, le syndicat des ports du Morbihan avait opté pour une solution mixte : immersion (ou clapage) en mer pour les sédiments sains et dépôts à terre pour ceux pollués par les métaux lourds et les résidus de peintures antifouling (TBT). 150 000m³ devaient être déversés en baie de Quiberon et au sud de la presqu’île de Rhuys.

« Densifier le nombre de sondages »

Devant l’inquiétude d’associations environnementales, mais aussi d’ostréiculteurs et de pêcheurs, le conseil général et le syndicat mixte des ports, sous la plume de leurs présidents François Goulard et Gérard Le Tréquesser, ont écrit au préfet du Morbihan, le 17 février dernier, pour lui demander de suspendre les opérations. Le temps de densifier « de manière significative le nombre de sondages, très au-delà des exigences réglementaires, afin d’identifier d’une manière incontestable la qualité des sédiments concernés. »

Le syndicat mixte et le Département s’engageaient à « conduire des expertises approfondies, sur les plans technique, environnemental et financier de solutions alternatives au clapage en mer. » Des avancées importantes mais pas suffisantes pour les opposants aux clapages qui attendaient un renoncement complet du déversement des boues en baie de Quiberon et presqu’île de Rhuys.

Les analyses sont commencées

Hier matin, François Goulard et Gérard Le Tréquesser ont pris la décision d’écrire un nouveau courrier au préfet du Morbihan. En rappelant leur intention de mener plus à fond l’analyse des boues, ils y précisent qu’il n’y aura plus d’immersion de boues.

« Comme nous l’indiquions dans le courrier du 17 février, nous avons décidé d’engager la mise en œuvre de nouveaux sondages des sédiments concernés et l’expertise de solutions alternatives, au moins partiellement, au clapage en mer. Tout ceci est d’ores et déjà en cours d’étude. Il nous apparaît, dès à présent, que les solutions susceptibles alors d’être retenues devront, en tout état de cause, exclure tout clapage baie de Quiberon. »

Engagement écrit

L’engagement écrit qu’attendaient les opposants à ces opérations d’immersion en mer des boues est donc désormais sur la table du préfet qui validera sans peine cette décision, le conseil général et le syndicat mixte des ports étant les maîtres d’œuvre du dossier.

Édouard REIS-CARONA



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP