22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Île de Sein. Une ferme d’algues au bout du monde

Île de Sein. Une ferme d’algues au bout du monde

Dernière mise à jour le jeudi 11 juin 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 10 Juin 2015
Visualiser l’article original



Le projet passionne le monde de l’aquaculture :
sur l’île de Sein, la société Meristème va cultiver des algues à terre, au sein d’une ferme située dans une ancienne écloserie à homards.
Deux spécialistes japonais sont venus découvrir, hier, cette opération pilote et ce site incomparable. « Lancer une activité ici, au bout du monde ? Franchement, nous n’aurions jamais osé le rêver ».
À deux pas du grand phare de Sein, Patrick Plan, pionnier de la culture d’algues en Europe à Lesconil avec sa compagne, Marie-Dominique, ne cache pas son enthousiasme. Sa société de recherche et développement Meristème est, depuis le mois dernier, locataire de l’ancienne écloserie à homards de l’île. Ce site, inexploité depuis une quinzaine d’années, pompe une eau de mer d’une grande qualité. En quête de matière première L’idée est d’y lancer la culture d’algues à terre au sein d’une ferme, une culture raisonnée avec l’objectif d’impact zéro sur le milieu.
Une opération pilote qui sera lancée ces prochains mois et qui dessine l’aquaculture de demain. « Nous sommes producteurs et transformateurs depuis 22 ans. Or, aujourd’hui la matière première n’est plus suffisante : nous cherchons de nouvelles solutions de culture à terre et cette opportunité inespérée s’est offerte à nous », explique Patrick Plan.
Les élus locaux ont joué les facilitateurs, ravis de voir l’île accueillir une activité supplémentaire. Et porteuse de sens, en plein Parc marin d’Iroise et sur un bout de terre où le flan au « lichon », petite algue récoltée par les femmes, est une tradition. Pour concrétiser leur projet, Marie-Dominique et Patrick Plan se sont appuyés sur les compétences des spécialistes mondiaux : les Japonais. Leur pays consomme deux millions de tonnes d’algues par an, contre 1.500 tonnes en France..

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP