19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Île de Sein. Une ferme d’algues au bout du monde

Île de Sein. Une ferme d’algues au bout du monde

Dernière mise à jour le jeudi 11 juin 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 10 Juin 2015
Visualiser l’article original



Le projet passionne le monde de l’aquaculture :
sur l’île de Sein, la société Meristème va cultiver des algues à terre, au sein d’une ferme située dans une ancienne écloserie à homards.
Deux spécialistes japonais sont venus découvrir, hier, cette opération pilote et ce site incomparable. « Lancer une activité ici, au bout du monde ? Franchement, nous n’aurions jamais osé le rêver ».
À deux pas du grand phare de Sein, Patrick Plan, pionnier de la culture d’algues en Europe à Lesconil avec sa compagne, Marie-Dominique, ne cache pas son enthousiasme. Sa société de recherche et développement Meristème est, depuis le mois dernier, locataire de l’ancienne écloserie à homards de l’île. Ce site, inexploité depuis une quinzaine d’années, pompe une eau de mer d’une grande qualité. En quête de matière première L’idée est d’y lancer la culture d’algues à terre au sein d’une ferme, une culture raisonnée avec l’objectif d’impact zéro sur le milieu.
Une opération pilote qui sera lancée ces prochains mois et qui dessine l’aquaculture de demain. « Nous sommes producteurs et transformateurs depuis 22 ans. Or, aujourd’hui la matière première n’est plus suffisante : nous cherchons de nouvelles solutions de culture à terre et cette opportunité inespérée s’est offerte à nous », explique Patrick Plan.
Les élus locaux ont joué les facilitateurs, ravis de voir l’île accueillir une activité supplémentaire. Et porteuse de sens, en plein Parc marin d’Iroise et sur un bout de terre où le flan au « lichon », petite algue récoltée par les femmes, est une tradition. Pour concrétiser leur projet, Marie-Dominique et Patrick Plan se sont appuyés sur les compétences des spécialistes mondiaux : les Japonais. Leur pays consomme deux millions de tonnes d’algues par an, contre 1.500 tonnes en France..

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP