13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Innovation technologique : les promesses des microalgues de (...)

Innovation technologique : les promesses des microalgues de Libourne

Dernière mise à jour le jeudi 13 décembre 2012

Article paru sur le site "Sud Ouest"
- 10 décembre 2012
Visualiser l’article original


La société Fermentalg est en pointe dans les techniques de développement des microalgues, dont le potentiel chimique, énergétique et alimentaire est très prometteur.
La société libournaise Fermentalg vient d’attirer l’attention en faisant rouler une voiture avec un carburant dont le gazole contenait 7 % de dérivés de microalgues- spécialité maison. Mais cette expérience n’est qu’un des jalons dans l’histoire de l’entreprise créée en 2009 par son PDG, le biologiste Pierre Calléja, et dont l’avenir pourrait être glorieux, à condition notamment qu’elle parvienne dans des délais pas trop éloignés à trouver les nouvelles doses de carburant… financier

Les microalgues sont depuis des milliards d’années une des briques biologiques essentielles de notre planète. Cette famille d’organismes microscopiques, qui peuvent se trouver dans les lichens, la vase, les champignons ou encore l’eau de mer, inclut notamment les éléments de base du plancton dont se nourrissent les poissons. Il existe des centaines de milliers de variétés, dont certaines ont la capacité de se régénérer à très grande vitesse. Car, comme l’explique Pierre Calléja, ces organismes tiennent à la fois du végétal et de l’animal et associent schématiquement des fonctions de photosynthèse et de respiration.

Croissance accélérée

La culture des microalgues n’est pas une nouveauté puisque les Aztèques du Mexique la pratiquaient déjà à des fins nutritionnelles. Mais, depuis les années 60-70, sont apparues des productions hors sol, et dans des milieux sans lumière, où le développement des microalgues est provoqué par un substrat carboné (du sucre par exemple). Des sociétés japonaises et américaines pratiquent déjà à grande échelle cette technique beaucoup plus productive.

Fermentalg privilégie pour sa part une voie mixte où, malgré sa petite taille, elle affirme se trouver déjà sur le podium mondial : la société associe la production hors sol avec le recours intermittent à de la lumière. Une recette affinée au fil des mois qui permet d’accélérer la croissance de ces micro-organismes, dont certains doublent de taille en l’espace de quatre heures.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP