15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"10 août : Requin-pèlerin. Toujours bien mystérieux9 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"8 août : Le Chili devient le premier pays d’Amérique latine à interdire les sacs en plastique8 août : Alimentation. Manger des algues n’est pas si bon pour la santé 6 août : Des raies dangereuses se rapprochent des côtes françaises1er août : La colère de Laury Thilleman contre le plastique dans la mer31 juillet : La mer sera bientôt dans la Constitution26 juillet : Pêche au bar. Les ligneurs s’en prennent aux bolincheurs24 juillet : Paradeep. À l’abordage du marché nautique ! 23 juillet : Brexit. Les pêcheurs toujours dans le bleu 21 juillet : Les députés inscrivent la préservation des mers et des océans dans la Constitution19 juillet : Pêche : un premier navire immobilisé grâce aux nouvelles normes de travail18 juillet : Mer d’Arabie. Une inquiétante « zone morte » ne cesse de s’étendre 17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 2030
Accueil > Actualités de la mer > Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"

Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"

Dernière mise à jour le jeudi 9 août 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 07 Août 2018
Visualiser l’article original


Agriloops est une start-up rennaise qui entreprend d’élever des crevettes et de cultiver des légumes à l’aide de la technique de l’aquaponie. Les deux fondateurs, Jérémie Cognard et Romain Vandame, prévoient de commercialiser leurs produits d’ici 2020.

Non, non, rien à voir avec des poneys dans une piscine. Créée en juin 2016, la start-up Agriloops s’est lancée dans l’aquaponie, et c’est très sérieux. Mot-valise associant l’aquaculture (élevage de poissons et de crustacés) et l’hydroponie (culture de plantes hors-sol), l’aquaponie a de l’avenir. De quoi s’agit-il concrètement ? C’est un petit éco-système re-créé, où les déchets d’un élément deviennent la nourriture de l’autre. « C’est une technique de production écologique et économique, explique Jérémie Cognard, le cofondateur d’Agriloops. Avec l’aquaculture, nous n’utilisons qu’un seul intrant : il nourrit les crevettes, qui elles-mêmes fertilisent les plantes. L’eau est également économisée car elle est employée à la fois pour les crevettes et les légumes ».
Aquaculture en eau salée

La spécificité d’Agriloops : l’élevage en eau salée. « Généralement, les entreprises qui pratiquent l’aquaponie ont des problèmes de rentabilité car elles élèvent des poissons d’eau douce à faible valeur ajoutée. À Agriloops, nous avons voulu nous orienter vers l’élevage de crevettes en eau salée, plus rentables économiquement », indique le cofondateur de la start-up. Pour les légumes, des tomates, de la salade, et même de l’huître végétale, ils sont cultivées dans leur laboratoire.
Un enjeu écologique

L’objectif d’Agriloops est aussi de relever un défi écologique. « Les 120 000 tonnes de crevettes que les Français consomment chaque année viennent pour la plupart d’Amérique centrale ou d’Asie du Sud-Est, où l’élevage de crevettes a des conséquences désastreuses sur l’environnement. Presque 90 % des crevettes que nous consommons en France ont été congelées puis décongelées », ajoute Jérémie. Ce dernier et Romain Vandame se connaissent depuis près de dix ans. Leur objectif : construire leur première ferme d’ici à 2020. « Nous espérons atteindre une production de 20 tonnes de crevettes et 40 tonnes de légumes », précise Jérémie Cognard. Les crevettes seraient vendues à des prix similaires à ceux des crevettes Label Rouge élevées à Madagascar (entre 30 et 40 euros le kilo).
L’objectif : produire et vendre breton

Lire l’Article complet sur...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP