13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie
Accueil > Actualités de la mer > Intempéries. Le ministre Cuvillier promet une aide aux pêcheurs (...)

Intempéries. Le ministre Cuvillier promet une aide aux pêcheurs bretons

Dernière mise à jour le mercredi 19 février 2014

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 17 Fevrier 2014
Visualiser l’article original



Affectés par les conditions météorologiques, les pêcheurs bretons devraient obtenir des mesures d’aide. C’est ce qu’a promis Frédéric Cuvillier.

Le ministre en charge de l’Economie maritime a répondu à l’appel des pêcheurs. Sur BFM TV, Frédéric Cuvillier a évoqué la possibilité d’obtenir "une aide" et de mettre en place un étalement des cotisations pour les entreprises de pêche.

Il recevra prochainement les représentants des autorités concernées

"La pêche française vit une situation extrêmement difficile en raison de la situation météorologique, des dépressions qui maintenant depuis des mois les empêchent d’aller en mer et donc d’exercer leur métier", a-t-il déclaré.
Un dispositif européen pour prévenir ce type de situation ?

"Nous devons interpeller les institutions européennes et faire en sorte que tous mes collègues ministres de la pêche européens concernés puissent demander à ce qu’un dispositif européen puisse prévenir ce type de situation", a-t-il ajouté.

"Je recevrai l’ensemble des régions, des façades maritimes, des présidents des comités régionaux de pêche pour regarder comment nous pouvons accompagner les métiers, notamment les petits métiers et faire en sorte qu’une aide leur soit obtenue", a ajouté le ministre.
Les bateaux forcés de rester à quai à plusieurs reprises cet hiver

Face à la série de tempêtes qui a touché l’Ouest, les pêcheurs ont notamment été beaucoup pénalisés, restant fréquemment à quai.

Certains bateaux ont même travaillé trois fois moins qu’en temps normal. Logiquement, les chiffres d’affaires des armements s’en ressentent. Comme les paies des marins.

Depuis plusieurs jours, le comité des pêches de Bretagne alerte les pouvoirs publics et les élus à ce sujet. Il demande que « des mesures soient adoptées en faveur des entreprises de pêche et des matelots en difficulté », comme des exonérations de charges par exemple.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP