22 février : Mer. La petite pêche s’estime oubliée21 février : L’Hermione. Cap au sud pour un périple francophone 20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil
Accueil > Actualités de la mer > Intermarché renonce à la pêche en eaux profondes

Intermarché renonce à la pêche en eaux profondes

Dernière mise à jour le samedi 1er février 2014

Article paru
sur le site "Le Point" - 31 Janvier 2014
Visualiser l’article original



La Scapêche (Intermarché), premier armateur français de pêche, a pris l’engagement de ne plus aller, d’ici début 2015, au-delà de 800 mètres de profondeur, une décision saluée vendredi par les ONG qui dénoncent l’impact de cette pratique sur la biodiversité des océans. "À l’issue de plusieurs semaines de discussions (...), la Scapêche s’est engagée à arrêter d’ici début 2015 de pêcher avec des chaluts de fond au-delà de 800 mètres de profondeur", saluent dans un communiqué les ONG Bloom, WWF et Deep Sea Conservation Coalition. "C’est une bonne nouvelle pour la biodiversité, même si 800 mètres est encore trop profond par rapport à la vulnérabilité des espèces et des milieux océaniques", a commenté Philippe Germa, directeur du WWF France.

Sur son site, la Scapêche indique avoir pris "plusieurs engagements dont le plus important est de ne plus pêcher en dessous d’une profondeur de 800 m". "Cette démarche volontaire va au-delà des objectifs du règlement sur la pêche voté par le Parlement (européen) en décembre", ajoute l’armateur. Greenpeace a également salué "un pas en avant" dans ce dossier qui fait l’objet de discussions à Bruxelles depuis près de trois ans. "La décision de la Scapêche d’arrêter de chaluter en dessous de 800 mètres de profondeur d’ici à 2015 va dans le bon sens", a réagi l’organisation. "Cependant, une limite à 600 mètres permettrait de mettre fin à l’exploitation des écosystèmes profonds les plus vulnérables", a estimé Hélène Bourges, de Greenpeace. Pour Claire Nouvian, porte-parole de Bloom, "l’encagement de la Scapêche prouve qu’ils ont entendu la demande des citoyens de cesser les pratiques de pêche destructrices en grande profondeur".

Bloom et les autres ONG militent pour une interdiction de la pêche au-delà de 600 mètres de profondeur. La Commission européenne avait fait une proposition dans ce sens en juillet 2012, mais le dossier a ensuite mis du temps à faire l’objet d’un vote par les parlementaires, notamment en raison de pressions de la France et de l’Espagne. Le 10 décembre dernier, le Parlement a rejeté l’interdiction et a choisi d’encadrer davantage cette activité pratiquée entre 400 et 1 500 mètres, principalement au large de l’Écosse et de l’Irlande. La pêche profonde ne représente que 1,5 % des prises dans les eaux européennes, mais la Scapêche est l’un des principaux armateurs pratiquant cette activité. Six de ses dix-huit chalutiers sont dévolus à la pêche d’espèces profondes comme l’empereur, le grenadier, le sabre ou la lingue bleue.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP