20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Isabelle Autissier : "La mer a un potentiel illimité"

Isabelle Autissier : "La mer a un potentiel illimité"

Dernière mise à jour le dimanche 9 juin 2013

Article paru
sur le site "Direct.matin


Pollution, pêche, comment est aujourd’hui la situation des océans ?

Dans un cas comme dans l’autre, elle est mauvaise. Les trois-quarts des espèces pêchées sont surexploitées, et on trouve des dizaines de milliers de morceaux de plastique par km². Pour la pêche, on sait ce qu’il faut faire, mais pour la pollution, il n’y a pas de solution miracle. Vu l’espace à couvrir, on ne va pas ramasser tous les déchets à la petite cuillère, et nous n’avons pas encore la technologie pour résoudre ce problème.

Qui en est responsable ?

Ce n’est pas la faute de quelqu’un en particulier, car on part de pas grand-chose : un simple mégot jeté dans la rue finit dans l’océan. La mer est si grande que l’on s’est dit qu’elle pouvait servir de poubelle à tout le monde. Mais un morceau de plastique en mer met 500 ans à disparaître. Ses fragments polluent le plancton, les espèces marines ; toute une chaîne de vie est impactée.

Que faire pour la pêche ?

Des experts de l’ONU estiment que d’ici à 2050, on pourrait se retrouver avec des océans sans poissons. Le problème vient de notre gaspillage : nous puisons dans le capital marin au-delà des intérêts. Il faudrait donc pêcher plus intelligemment et faire une économie de prélèvement. Cela peut se faire grâce à la saisonnalité, à de grandes zones réservées, avec une gestion locale selon chaque espèce.

Manque-t-il aujourd’hui une autorité mondiale pour les océans ?

Pour les mers bordières, les pays ont leurs règles, mais pour ce qui est de la haute mer, au-delà des conventions, la mise en place d’une gouvernance internationale ne serait pas une mauvaise idée. Ce ferait au moins un endroit pour en discuter tous ensemble.

Pourquoi existe-il un tel désintéressement pour la cause marine ?

L’océan est aujourd’hui moins connu que la surface de la lune ! On estime connaître seulement 10% des espèces vivantes dans l’océan. Or cette vie incarne des possibilités immenses, notamment en matière de médecine ou d’énergie. C’est un potentiel illimité auquel nous commençons seulement à nous éveiller.

L’image de la mer en France est-elle aussi un handicap ?

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP