17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres
Accueil > Actualités de la mer > James Cameron atteint le fond de la fosse des Mariannes

James Cameron atteint le fond de la fosse des Mariannes

Dernière mise à jour le mardi 3 avril 2012

Article paru sur le site "Le Monde" - Lundi 26 Mars 2012
Visualiser l’article original



James Cameron atteint le fond de la fosse des Mariannes

James Cameron, le réalisateur de Titanic, est devenu le premier homme à explorer en solo pendant plusieurs heures, à bord d’un mini-sous-marin, la fosse des Mariannes, à près de 11 kilomètres sous la surface de l’eau (10 898 m). Il a passé un peu plus de trois heures, au plus profond du Pacifique, d’où il devait rapporter images et spécimens destinés à "mieux connaître et comprendre cette partie largement inconnue de la planète", selon National Geographic, qui pilote l’expédition Deepsea Challenge.

Le sous-marin devait suivre un parcours destiné à explorer le plus grand nombre d’environnements possibles, les sédiments de la croûte terrestre mais également les roches environnantes, riches d’enseignements pour les géologues.

L’expédition aura également été l’occasion de ramasser des spécimens qui seront étudiés en biologie marine, exobiologie, géologie marine ou géophysique.

Cameron, âgé de 57 ans, a mené cette expédition à bord d’un mini sous-marin de huit mètres de long, le Deepsea Challenger, aussi appelé "la torpille verticale". L’appareil, qui a nécessité huit années de recherches, est conçu pour descendre à la vitesse de 150 mètres par minute. Il lui a fallu deux heures et trente-six minutes pour la descente. La remontée, plus rapide que prévu, a pris soixante-dix minutes.

A une telle profondeur, la pression de l’eau est extrêmement élevée. Alors qu’il remontait d’un test à 8 km de profondeur, James Cameron avait avoué pensé au risque : à la moindre fuite, le sous-marin explose. Le réalisateur d’Avatar et d’Abyss est un passionné de plongée, il en a réalisé 72 en eaux profondes dont 32 autour de l’épave du Titanic alors qu’il travaillait à la réalisation du succès planétaire de 1997.

Le fond de la fosse des Mariannes - connu sous le nom de Challenger Deep, en référence à une expédition menée en 1875 par le Challenger, un bâtiment de la Royal Navy -, n’avait été atteint qu’une seule fois : le 23 janvier 1960, le lieutenant Don Walsh de la marine américaine et l’océanographe suisse Jacques Piccard avaient passé vingt minutes à cet endroit, à bord du bathyscaphe Trieste.

Plus de 50 ans plus tard, James Cameron a célébré son exploit, expédiant du fond de l’océan un tweet pour dire qu’il "lui tard[ait] de partager ce qu’il [était] en train de voir". L’expédition fera l’objet d’un documentaire en 3D diffusé en salles et sur la chaîne de télévision de National Geographic

La démarche de Cameron pourrait en outre avoir le mérite, selon l’océanographe Lisa Levin citée par le National Geographic, de favoriser "le soutien du public" au moment où les financements pour les recherches des fonds marins diminuent . "Le Deepsea Challenge a le potentiel de sensibiliser le public bien plus que n’importe quelle espèce de découverte (...). James Cameron est le Jacques Cousteau des fonds marins."



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP